|

Le monte-grutier, obligatoire dès 30 mètres d’ascension


Au 1er janvier 2019, toute grue imposant plus de 30 mètres d’ascension devra être équipée d’un monte-grutier, sorte d’ascenseur motorisé qui aide le grutier à rejoindre la cabine de conduite.  Une obligation déjà repoussée une fois : les entreprises, maintenant, doivent se mettre en phase avec la recommandation R.495.

Équiper toutes les grues ou presque 

Une première recommandation de l’Assurance Maladie de 2011 (la recommandation R. 459) prévoyait la mise en place d’un accès motorisé sur les grues lorsque la cabine de conduite de la grue nécessitait plus de 30 m d’ascension dès 2017. Un délai trop court pour les professionnels, qui ont obtenu une mise en œuvre progressive selon la hauteur de la cabine. Ainsi, depuis le 1er janvier 2017, le monte-grutier est obligatoire à partir de 50 m d’ascension. Et au 1er janvier 2019, les propriétaires ou loueurs de grues devront équiper d’un monte-grutier toutes les grues dont l’accès à la conduite de la grue nécessite plus 30 mètres d’ascension. Concrètement, la quasi-totalité de leurs grues ! « Environ 90 à 95% du parc de grues fait plus de 30 mètres. Et les centres de formation des grutiers ont l’obligation de disposer d’une grue de 35 mètres minimum. Ce sont donc presque toutes les grues qui devront se mettre en phase avec la recommandation à partir du 1er janvier 2019. Si certains professionnels ont espéré un nouveau délai, ce ne sera a priori pas le cas. Nous devrions donc être très sollicités en 2019 ! » explique Stéphane Fromont, Responsable opérations chez Bureau Veritas, et spécialiste des grues à tour.

Différentes technologies développées

En effet l’entreprise devra faire contrôler la conformité de l’installation. « Mais Bureau Veritas proposera différentes prestations pour accompagner cette nouvelle obligation : les contrôles, bien sûr, mais aussi la formation des techniciens et des grutiers qui utiliseront les monte-grutiers. Nous avons aussi rédigé un fascicule de présentation pouvant servir à nos inspecteurs comme à nos clients, qui décrit le produit, les obligations règlementaires et les différentes technologies mises en place. Nous avons enfin mis à jour notre guide méthodologique, notre outil de rapportage OPALE. Bureau Veritas est donc prêt à faire face à cette échéance, et à accompagner au mieux ses clients dans leurs futurs démarches » explique Stéphane Fromont.  

Les constructeurs de monte-grutiers eux aussi ont anticipé cette réglementation et ont enrichi leur offre, qui se compose de différents systèmes. D’abord, le monte-grutier peut être à crémaillère et pignons, ou à câble et rails de guidage. Il peut être installé à l’intérieur du fût de la grue, ou à l’extérieur (mais bien sûr toujours solidaire du fût) : un choix qui n’est pas anodin, chaque système ayant des caractéristiques propres. En effet lorsque le monte-grutier est dans le fût, le dispositif est conservé à l’intérieur lors du démontage. Lorsqu’il est à l’extérieur, il peut être plus facilement adapté à toute grue du parc de l’entreprise mais il prend plus de temps à installer ou désinstaller (et doit être démonté avant de démonter la grue) et son installation ne peut être réalisée qu’une fois la grue montée : une à deux journées de travail supplémentaire(s) à prévoir… 

Une urgence pour l’entreprise

Les entreprises concernées doivent maintenant agir au plus vite. L’obligation entrant en vigueur au 1er janvier, les entreprises pourraient, en théorie, être mise en demeure de se mettre en conformité dès cette date – et avoir l’interdiction d’utiliser leur grue tant que l’installation du monte-grutier n’a pas été réalisée. En pratique, il est difficile de prévoir si l’indulgence sera de mise. Cela dépendra sans doute des régions. 

 

 

Réduire la pénibilité au travail… pour les grutiers

Toute grue doit faire l’objet de contrôles réguliers. Et pour les contrôleurs, le monte-grutier n’allègera pas le travail : « Nous devons contrôler les fixations à chaque point d’ancrage sur le fût et par conséquent monter par l’échelle, quelle que soit la taille de la grue ! » souligne Stéphane Fromont. 




|
SUR LE MÊME SUJET