L’Euro le + connecté de l’histoire

La connectivité s'invite dans les stades

Cette fois-ci, vous pourrez l’envoyer, votre selfie à la mi-temps. Les organisateurs ont tout misé sur les technologies mobiles, y compris pour commander votre hot-dog, visionner les ralentis ou tchatter avec les autres spectateurs. Bureau Veritas en a vérifié la fiabilité. Il faudra juste que la batterie de votre smartphone tienne le coup !

L’Euro 2016 restera dans l’histoire comme pour avoir été la première grande compétition à avoir été pensée pour profiter des nouvelles technologies. Un tour de force pour les stades français qui comptaient une bonne longueur de retard sur leurs collègues européens côté digital. Ces derniers mois, les opérateurs ont installé plus de 400 nouvelles antennes à l’intérieur des stades, pour soutenir celles proches de l’enceinte, complètement saturées. Le Stade de France, ainsi que ceux de Bordeaux, Nice, Lyon sont eux carrément connectés en wifi haute densité. Tout cela fonctionnera-t-il bien le 10 juin ? « Nous avons profité des 6 dernières journées du championnat de France pour tester les 4 grands réseaux dans chaque stade, explique Christian Bridel, le chef de projet Bureau Veritas dont l’équipe a audité les 10 stades de l’Euro. En ne prévenant les responsables qu’au dernier moment. Nous devions réussir à envoyer une photo par SMS et par mail, avec 4 téléphones différents, en plein match ». Test réussi. « C’est une vraie révolution, jusque-là les réseaux saturaient dès que les stades étaient pleins, demain on pourra s’immerger dans une expérience totale du spectacle », souligne Virgile Caillet, délégué général de la FIFAS, la Fédération Française des Industries de Sport et Loisirs. Voilà ce que les stades vont pouvoir offrir aux spectateurs grâce à ces antennes et ces débits vérifiés par Bureau Veritas.

 

GUIDE HIGH TECH 

Dans le Grand Stade de Lyon, l’application mobile Parc OL vous guidera jusqu’à votre place en vous indiquant le chemin sur votre écran, en réalité virtuelle. Une fois assis sur votre siège, vous cherchez vos amis. Dans l’Allianz Riviera de Nice, ce ne sera plus un problème : au début du match, une caméra « FanCam » a pris une photo  360° de toutes les tribunes. Vous pourrez ainsi identifier vos acolytes en zoomant sur la zone ou partager votre placement et votre photo avec eux sur Facebook ou Twitter.

 

PLONGÉE AU COEUR DE L’ACTION

Une fois confortablement installé, place au spectacle ! À Lyon, pour ne pas perdre une miette de l’action, le spectateur aura accès, grâce au « Live Connect », à toutes les statistiques en direct des 2 équipes, directement sur son smartphone : possession, nombre de tirs cadrés, classement provisoire… Et si l’action se passe de l’autre côté du terrain, pas besoin d’attendre le ralenti sur l’écran géant du stade, vous pourrez visionner plusieurs fois n’importe quelle action, sur votre mobile et sous tous les angles, grâce à la dizaine de caméras présentes sur les stades connectées au système. Après l’Euro, des micro-caméras pourraient même être placées sur le torse des joueurs via la technologie conçue par la start-up Be Me, 1 des 6 lauréats du hackathon organisé en 2015 par le constructeur Vinci. Le match comme si vous y étiez.

 

MATCH INTERACTIF

Le plaisir d’un bon match, c’est de le vivre mais aussi de le partager. Presque tous les stades de l’Euro disposent d’une application pour inviter les supporters à partager leurs meilleures photos sur Facebook et Twitter. Le SociOL Wall, à Lyon, diffusera carrément les messages et tweets les plus pertinents sur les écrans géants disposés dans les travées intérieures du stade. Peu avant la mi-temps, un message s’affiche sur votre smartphone. « Corner pour la France : but ou pas but ? » Vous répondez et regardez ce qu’en pensent les autres spectateurs... Finalement, pas but, vous aviez vu juste. Et si vous pariez sur le prochain marqueur ? La connexion est enfin suffisamment stable pour le faire sur un site de paris sportifs… L’Allianz Riviera de Nice permet même à quelques chanceux, tirés au sort après s’être inscrits sur smartphone, d’aller interroger les joueurs et l’entraîneur après les matchs. Avec Inside bot, un robot connecté, les supporters seront virtuellement admis dans les coulisses de l'avant-match, les vestiaires et les salons VIP.

 

PELOUSE CONNECTÉE

Vous ne le verrez probablement pas, mais le stade de Bordeaux a placé des capteurs d’humidité et de température juste sous son gazon, qui transmettent leurs informations en temps réel par le réseau du stade. Histoire de pouvoir optimiser, au degré près, l’arrosage et le chauffage de l’herbe. Et donner aux joueurs le terrain le plus agréable à jouer possible. Une installation contrôlée par Bureau Veritas pendant la construction.

 

COMMANDER DEPUIS SA PLACE

Soif pendant le match ? Plus besoin d’aller faire la queue devant le bar : en 1 minute, vous commandez un soda en ligne, il vous suffit ensuite de montrer votre QR-code à la buvette pour emporter votre commande, que vous avez même payée avec votre smartphone si vous êtes à Lyon (sans cash, les temps de traitement en caisse sont encore plus courts). Petit détail, avant de retourner vous asseoir pour la deuxième mi-temps, vous pourrez même connaître le délai d’attente aux toilettes. Une application qui devrait rapidement essaimer dans tous les stades connectés de France.

 

SÉCURITÉ

Les nouvelles technologies serviront aussi à sécuriser l’Euro. À Nice, près du stade et des fans zones, des caméras ont ainsi été installées qui analysent les visages en temps réel. Et la préfecture de Police de Paris a acheté des mini-drones pour des missions de surveillance aériennes à basse altitude. Équipés d’une caméra haute définition, ces nouveaux engins électriques ultra-discrets (qui n’émettent aucun bruit) peuvent être déployés en moins de 5 minutes.