|

Comment nous travaillerons dans 10 ans : étude inédite sur les bureaux de la French Tech 

Une étude inédite a comparé la satisfaction des salariés de la French Tech - les start-ups et entreprises au 1er plan de l’innovation et du digital - aux salariés en général. Des résultats édifiants.


Les bureaux de la French Tech sont l’objet de nombreuses attentions. Il faut dire que ces entreprises, aux avants-postes du digital et de l’innovation, relèvent de cas bien spécifiques, avec une population généralement jeune, des conditions de travail qui se démarquent des entreprises plus traditionnelles et une appétence toute particulière pour l’entrepreuneuriat. Y travaille-t-on mieux qu’ailleurs ? Préfigurent-elles les conditions de travail de demain ? Pour trancher ces questions, l’Ifop a réalisé une étude inédite*. Le Mag a pu l’obtenir en avant-première et vous présente les 5 infos principales.

 

 

 

1- La French Tech au top en matière de bien-être

Ce n’est pas un cliché : il fait vraiment bon travailler dans la French Tech. Ses salariés évaluent leur bien-être au travail à 7,97 / 10 lorsque la population générale l’évalue à 6,50. Par ailleurs, ils s’estiment moins soumis au stress : 25 % seulement s’estiment « souvent stressés » alors qu’ils sont 38 % parmi les salariés de la population générale. 

Certes, la population French Tech est spécifique, particulièrement jeune (l’âge moyen des sondés est de 32 ans) et adepte de conditions de travail parfois hors du commun par rapport à la population active en général… Mais les observations que l’on tire de cette étude s’avèrent néanmoins très intéressantes.

1er constat : le lieu et les conditions de travail influencent fortement ce sentiment de bien-être : 88 % des salariés French Tech se déclarent satisfaits en la matière, contre 72 % pour la population générale. Et pas de surprise : plus l’on est satisfait de ses conditions de travail, plus l’on est heureux. Les personnes « très satisfaites » de leur bureaux affichent ainsi une note de bien-être de 8,8 / 10.

 

Les salariés de la French Tech évaluent leur bien-être au travail à 7,97 / 10 lorsque la population générale l’évalue à 6,50
Partager l'image

 

On est en train de voir apparaître de nouveaux modèles d’organisation et d’aménagement des bureaux, et de s’apercevoir dans le même temps qu’ils ont un impact fort sur le stress et le bien-être, ce qui est très intéressant en matière de HSE. Cela pourrait bien donner le ‘la’ en matière d’environnement de travail, voire inspirer les prochaines normes HSE. Affaire à suivre...

 

Ces nouvelles tendances sont aussi une préoccupation au sein de grands groupes et des concepteurs des tours de bureaux nouvelle génération. C'est le cas avec les tours Triangle et Trinity...

 

 

2- L’environnement de travail : une (si ce n’est LA) priorité dans la French Tech

Information cruciale : une majorité de salariés French Tech affirment que les bureaux ont été « un élément important dans le choix de rejoindre leur entreprise » (56 %, deux fois plus que dans la population générale, 30 %). Et ils voient en outre les bureaux comme une opportunité d’améliorer la réputation de l’entreprise et la capacité à recruter de nouveaux talents (84 % contre 58 %).

56 %, deux fois plus que dans la population générale, 30 %
Partager l'image

La proximité du lieu de travail est également un aspect décisif chez les salariés de la French Tech : leur temps de trajet domicile-travail s’élève en moyenne à 37 minutes, contre 48 minutes pour la population générale des salariés. Un gain substantiel de 22 minutes par jour…

leur temps de trajet domicile-travail s’élève en moyenne à 37 minutes, contre 48 minutes pour la population générale des salariés
Partager l'image

 

À partir de 2018, les grandes entreprises devront optimiser les déplacements routiers de leurs salariés. Zoom sur le Plan de Déplacements Entreprise (PDE) et ses 4 étapes de réalisation.

 

 

3- Des bureaux French Tech conçus avant tout pour travailler en mode collaboratif

Si une différence entre les salariés de la French Tech et ceux de la population générale est à retenir, c’est probablement l’importance accordée pour les uns aux bureaux ouverts – « open space » – et pour les autres aux bureaux fermés.

La preuve en chiffres : 1 % seulement des salariés de la French Tech occupent un bureau individuel fermé, 86 % travaillant en open space. Qui plus est, s’ils étaient « obligés de choisir », ils préfèreraient à 61 % avoir davantage d’espaces collectifs et moins d’espace pour leur poste de travail personnel. Dans la population générale, c’est exactement le contraire : à choisir, les salariés opteraient à 67 % pour davantage d’espace personnel.

 

s’ils étaient « obligés de choisir », ils préfèreraient à 61% avoir davantage d’espaces collectifs et moins d’espace pour leur poste de travail personnel
Partager l'image

 

Ce rapport à l’espace est le produit d’une culture collaborative encore plus poussée que dans les entreprises traditionnelles : les bureaux sont alors conçus en priorité pour favoriser le travail en équipe.  Les salariés de la French Tech travaillent en effet souvent en équipe, 68 % le font même « très souvent » (39 % dans la population générale). On observe ainsi une corrélation parfaite entre niveau de bien-être et récurrence du travail en équipe.

 

Les bureaux présentent de nouveaux atouts esthétiques et fonctionnels pour répondre au mieux aux besoins des salariés. Retrouvez les dernières tendances compilées par Bureau Veritas.

 

Le travail collectif et la vie sociale entre collègues sont souvent cités comme une des principales raisons de se rendre au bureau, mais le niveau observé dans la French Tech est impressionnant. Cela pourrait expliquer le faible taux de stress qui y règne.

Les salariés de la French Tech travaillent souvent en équipe, 68 % le font même « très souvent »
Partager l'image

 

 

4- La culture d’entreprise et la vie sociale des French Tech respire dans les bureaux

Dans la French Tech, ils sont 88 % à considérer que leur société possède une culture d’entreprise. Et pour 86 % d’entre eux, leurs bureaux sont le reflet fidèle de cette culture d’entreprise. Quand on leur demande de la définir, les 5 mots qui viennent le plus souvent sont, dans l’ordre : innovation, performance, esprit d’équipe, convivialité et fun. Plus qu’un simple lieu de travail, les salariés French Tech estiment à 82 % que leur bureau est « un lieu de vie sociale où ils aiment passer du temps ». 

 

Et pour 86 % d’entre eux, leurs bureaux sont le reflet fidèle de cette culture d’entreprise
Partager l'image

 

 

Et qui dit culture d’entreprise dit vie sociale. Celle-ci se construit autour de lieux communautaires au sein des bureaux des French Tech, qui en font un axe primordial de leur stratégie immobilière. À titre d’exemple, sur les 10 sociétés du panel, 8 comptent des espaces extérieurs ouverts aux salariés (terrasse, cour intérieure, rooftop, etc.) équipées pour travailler, se retrouver voire déjeuner ensemble.

Les entreprises de type French Tech n’ont pas inventé les espaces spécifiquement dédiés à la rencontre ou à la convivialité, mais elles ont contribué fortement à leur popularisation, comme le montre l’étude.

 

Le bureau devient un lieu de vie à par entière pour les salariés de la French Tech
Partager l'image

 

 

5- Les bureaux French Tech sont sensibles à une localisation centrale et au réseau

Les salariés French Tech sont particulièrement sensibles à la localisation des bureaux : ils privilégient les quartiers centraux et dynamiques. Ainsi, sous leur impulsion, les quartiers centraux des affaires (Champs Elysées, Opéra, etc.) s’étendent vers l’est parisien (2nd, 3ème, 4ème, 10ème et 11ème arrondissements de Paris).

 

96 % se disent satisfaits de l’accessibilité de leurs bureaux en transports en commun (contre 78 % pour la population générale)
Partager l'image

 

Ce qu’ils y cherchent ? Les commerces et services, restaurants et bar, qui participent à la vie du quartier, ouvert jusque tard le soir... Cela correspond au mode de vie spécifique d’une population French Tech généralement jeune et d’autant plus prompte à se retrouver entre collègues une fois la journée de travail finie. Mais aussi l’accessibilité : 96 % se disent satisfaits de l’accessibilité de leurs bureaux en transports en commun (contre 78 % pour la population générale). Et enfin, la proximité de leur réseau, professionnel comme personnel, plus facile à mobiliser et exploiter (près de 90 % de satisfaction à ce titre).

 

Ils sont 90% satisfaits de leur localisation et le proximité des services et commerces
Partager l'image

 

 

 

 

* Méthodologie : l’Ifop a interrogé, entre le 9 février et le 17 mars, d’un côté 1 755 salariés représentatifs de la population active parisienne (Paris et première couronne) et de l’autre 909 salariés issus d’un panel volontaire de 10 entreprises de la French Tech, dont le siège est situé à Paris ou en première couronne, et qui emploient plus de 100 salariés : 1000mercis, Alchimie, Criteo, Devialet, Drivy, GuestToGuest, ManoMano, Meetic, MonDocteur, Younited Credit. 

Ces 10 entreprises de la French Tech ont été sélectionnées pour obtenir un panel de sociétés technologiques le plus divers possible en termes de maturité de développement, d’effectif (de 30 à plus de 2 500 salariés) et de secteurs d’activité.

 

 




|