Comment soutenir le « Made in France » quand on achète une voiture ?

Le label « Origine France Garantie » permet d’y voir plus clair.

Entre les constructeurs tricolores qui produisent parfois à l’étranger et les groupes venus d’ailleurs qui fabriquent certaines gammes en France, difficile pour le consommateur de s’y retrouver. Le label « Origine France Garantie » leur permet d’y voir plus clair.

 

Les critères de choix d’une future voiture sont nombreux. Il y a le prix bien sûr. La qualité du modèle également.  Et pour de nombreux consommateurs, l’origine du véhicule. L’ennui, c’est qu’il est très difficile de connaître la provenance de ce type de produit. D’abord parce que les différentes étapes de fabrication ne sont pas nécessairement réalisées au même endroit. Ensuite parce que les nombreux composants nécessaires à l’élaboration de ces produits peuvent provenir de nombreux pays. La « nationalité » d’une marque n’est du reste d’aucune indication : certains constructeurs français font ainsi fabriquer à l’étranger une partie de leurs véhicules. Et des groupes tels que le japonais Toyota font produire certaines de leurs gammes en France.

 

Minimum 50% de la valeur d’un véhicule produite en France

Pour aider les consommateurs à y voir plus clair, l’association Pro France a lancé en 2011 le label « Origine France Garantie ». Une marque qui n’est décernée qu’aux produits des entreprises qui respectent un cahier des charges très strict. Premier critère: au moins 50% du prix de revient de fabrication du produit doit être français. «Le coût de revient intègre a minima le coût des composants ainsi que les coûts de main d’œuvre directs», précise Julia Tureaud, responsable innovation de Bureau Veritas, un des organismes partenaires de l’association Pro France. Les coûts indirects de production comme les salaires des personnes qui n’interviennent pas directement sur la production du véhicule mais sont indispensables à sa finalisation (ex : technicien de maintenance, service qualité, magasinier, encadrement de production…) peuvent au besoin être eux aussi pris en compte.  Deuxième critère à remplir : que le produit prenne ses caractéristiques essentielles en France. Pour une voiture, cela implique par exemple d’effectuer sur place des opérations d’assemblages centrales (moteur, transmission, etc.). Pour obtenir la marque, les entreprises candidates doivent se prêter à des audits très stricts opérés par des organismes tels que Bureau Veritas Certification.

 

Contrôle des sites de production par un organisme indépendant

La comptabilité analytique et les factures sont épluchées, les sites de production audités, l’origine de chaque composant étudiée à la loupe. Et en cas de doute sur la provenance d’un élément (attestation manquante etc.), ce dernier n’est, par précaution, pas compté dans la colonne tricolore.  «Nous vérifions également que les coûts de main d’œuvre indiqués sont cohérents par rapport à la production réelle», précise Julia Tureaud. Une fois labellisées, les gammes de produits sont vérifiés lors d’un audit de suivi chaque année afin de prouver qu’elles remplissent toujours les critères requis.  Malgré cela, les constructeurs sont de plus en plus nombreux à se prêter au jeu. PSA a ainsi fait labelliser 16 véhicules (ex : Peugeot 308, Citroën C5, DS4, Peugeot 208 GTI, SpaceTourer, etc.). En juillet 2016, le groupe a même annoncé viser une production annuelle d’un million de véhicules en moyenne sur les trois prochaines années en France.

 

C’est peut-être toutefois pour les constructeurs étrangers que le label fait le plus de différence. «Sans cette appellation, certains consommateurs ne se douteraient pas que nous produisons plusieurs de nos gammes en France», analyse Sébastien Grellier, Directeur Communication Presse, Relations Extérieures et Environnement de Toyota France.  Le groupe japonais y est pourtant présent depuis longtemps. Depuis 2001, Toyota a ainsi investi 1.2 milliards d’euros dans son site de production de Valenciennes. Pas moins de 3 millions de Yaris sont sorties des chaines de Valenciennes, toutes motorisations confondues (hybride, essence, diesel). C’est le modèle Toyota le plus vendu en France et en Europe. «Nous sommes le premier constructeur à avoir fait labelliser une gamme de voitures Origine France Garantie en 2012, souligne Sébastien Grellier. En août dernier, nous avons également obtenu le label pour une autre de nos gammes, le Toyota Proace. »

Comme quoi, acheter français dans l’auto, ce n’est pas toujours ce que l’on croit.