|

Salon BIM World 2018 : ce qu’il ne fallait pas rater

Réalité virtuelle, cabane à plans 4.0, maquette 3D intelligente, conformité en temps réel… Voici les dernières innovations du BIM


Le salon BIM World qui s’est tenu à l'Espace Grande Arche Paris La Défense les 28 et 29 mars a confirmé la montée en puissance du Building Information Modeling (BIM) dans tous les secteurs de la construction. 

Le Mag, qui en a arpenté les allées, vous présente ici sa sélection de nouveautés.

Plateformes collaboratives, partage de données, intelligence artificielle, internet des objets, SIG (systèmes d'informations géographiques), modélisation et impression 3D, réalité virtuelle et/ou augmentée, robotisation, generative design… 

Le BIM est en passe de transformer le modèle, les méthodes et l’organisation du secteur de la construction. Ceci à un moment où les défis du secteur sont immenses.

D’ici 2050 la population urbaine mondiale doublera pour atteindre 7 milliards de citadins. Nous allons devoir accueillir 20 000 personnes de plus chaque jour en construisant quotidiennement un millier de nouveaux bâtiments

Nicolas Mangon, senior vice président AEC (architecture, ingénierie et construction) d’Autodesk

Construire 1 000 nouveaux bâtiments par jour

« D’ici 2050 la population urbaine mondiale doublera pour atteindre 7 milliards de citadins. Nous allons devoir accueillir 20 000 personnes de plus chaque jour en construisant quotidiennement un millier de nouveaux bâtiments » avertit ainsi Nicolas Mangon, senior vice président AEC (architecture, ingénierie et construction) d’Autodesk. 

Pour y parvenir l’industrie du bâtiment doit impérativement gagner en productivité en utilisant les nouveaux outils comme le BIM. Au programme, le recours à des processus manufacturiers produisant les modules de bâtiments qui sont ensuite transportés vers  les chantiers où ils sont assemblés. 

Ce nouveau paradigme professionnel créé une chaîne de valeur inédite et suppose de nouvelles façons de travailler, d’échanger des données, d’utiliser des robots et des objets connectés, depuis les bureaux d’études jusqu’aux chantiers.

icheck : la conformité vérifiée en temps réel sur plan dès la conception

En créant le plug-in icheck, Bureau Veritas renforce l'efficience en amont du BIM pour faciliter la mise en conformité des bâtiments grâce à la modélisation de leurs données dès les premières phases de conception d’un projet de construction. Le module icheck permettra de vérifier en temps réel la conformité des plans dans Autodesk Revit, utilisé par la grande majorité des architectes, ingénieurs et professionnels de la construction dans le monde et en France, à l’image de ce que fait un correcteur d’orthographe dans un traitement de texte. Jusqu’à présent ce contrôle qualité n’était ni numérisé ni intégré aux logiciels BIM mais réalisé « à la main » a posteriori.

« Le développement de nouveaux applicatifs permettra d’éviter de nombreux allers-retours de corrections avec les bureaux d’étude, et surtout les modifications imprévues pour cause de non-conformité, qui coûtent énormément en délais et en budget », constate Anne-Laure de Chammard, PDG de Bureau Veritas Construction.

POUR APPROFONDIR
Dossier spécial BIM : les innovations qui vont booster la maquette numérique
icheck, « une mini-révolution comparable à l’invention du correcteur automatique d’orthographe »
BIM : le 1er plug-in pour vérifier en temps réel la conformité d’une maquette numérique

Iketube : le BIM dans la boue des chantiers

Une fois franchi le cap de la modélisation reste à mettre en pratique sur les chantiers les données de la maquette numérique en facilitant son accès à toutes les parties prenantes. Pour cela une jeune entreprise normande, Itekube, spécialiste des tablettes tactiles grands formats, présentait au BIM World une « cabane à plans 4.0 » comme la décrit le cofondateur de la start-up Julien Ulrich. Dotée d’un écran tactile « utilisable avec des gants de chantier » alimenté par batteries, d’une antenne 4G et d’une imprimante, cette armoire métallique mobile permet d’accéder en extérieur à toutes les données numériques du chantier. Une cinquantaine d’exemplaires ont déjà été commercialisés  notamment auprès du groupe Vinci.

Next BIM Explorer : visualiser le BIM avec un casque de réalité augmentée

De son côté la société montpelliéraine Assoria, spécialiste des serious games et des simulateurs 3D, a dévoilé au BIM World sa solution Next BIM Explorer : un logiciel permettant d'explorer en 3D des fichiers BIM avec un casque de réalité augmentée. 

« S'immerger dans le bâtiment lors d'une réunion de travail, par exemple, permet d'inspecter et de valider la conception, tout en détectant les erreurs pour les rectifier en amont, explique Frank Albouker, directeur d'Assoria. Il met en valeur la partie technique cachée, mais essentielle, des bâtiments. » La jeune pousse languedocienne participait au salon pour tenter de trouver des partenaires français et étrangers afin de commercialiser son produit.

Enfin signe que le BIM est devenu aujourd’hui une réalité incontournable du secteur BTP, les pouvoirs publics et les collectivités s’y intéressent de près comme le prouvent les deux annonces réalisées lors du salon.

Notre volonté est que le digital dans la construction bénéficie à tous les acteurs, de la TPE aux grands groupes, en passant par les start-up et les entreprises de travaux

Julien Denormandie, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Cohésion des Territoires

Kroqi, la plateforme collaborative d’échange pour rendre le BIM accessible à tous

Julien Denormandie, secrétaire d’état auprès du ministre de la Cohésion des territoires, a d’abord dévoilé la version finale de la plateforme collaborative d’échange développée par le CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment) : Kroqi.fr. Cette plateforme initiée par le Plan de transition numérique pour le bâtiment (PTNB) fait partie des outils qui doivent rendre le Building information modeling (BIM) accessible à tous, en particulier aux TPE-PME. « Notre volonté est que le digital dans la construction bénéficie à tous les acteurs, de la TPE aux grands groupes, en passant par les start-up et les entreprises de travaux », a rappelé Julien Denormandie en insistant sur l’accès gratuit à cette plateforme conçue avec les professionnels, pour répondre à leurs besoins.

Smart cities : une maquette 3D intelligente du site de La Tour Eiffel

De son côté la Ville de Paris a annoncé la signature d’une convention de partenariat avec l’éditeur de logiciel Autodesk. Objectif : numériser en 3D et en BIM, le site de la Tour Eiffel, soit 54 ha qui s’étendent du Trocadéro, au Champ de Mars, en passant par le quai Branly entre le Pont de l’Alma et Bir-Hakeim. Paris a lancé en janvier dernier un dialogue compétitif intitulé « Grand Site Tour Eiffel : découvrir, approcher, visiter » pour repenser complètement la visite de l’édifice et le parcours aux alentours.

La création et l’utilisation d’une maquette 3D intelligente du site permettra aux équipes de maîtrise d’œuvre de concevoir, visualiser, simuler et collaborer plus efficacement et au jury et à la Ville de Paris de visualiser, évaluer et comprendre les projets soumis par les équipes candidates en 3D et de les analyser plus facilement.   « C’est une nouvelle manière de faire la ville (…) Le BIM permettra d’améliorer les projets grâce à une meilleure vision de leur insertion dans le site » explique Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris, en charge de l’urbanisme, de l’architecture, du projet du Grand Paris, du développement économique et de l’attractivité

 

Valy Cazal




|