|

ISO 50001 : une aubaine pour les entreprises


Les explications de Marie Myczkowski, Responsable Métiers Maîtrise des Risques Environnement, et de Frédérique Lebas, Chef de projet Energie chez Bureau Veritas.

Quel est le cadre réglementaire en matière d’efficacité énergétique ?

Frédérique Lebas : Le 25 octobre 2012, l’UE a adopté la directive relative à l’efficacité énergétique (2012/27/UE). Cette dernière établit un cadre commun de mesures parmi lesquelles l’obligation pour les entreprises qui ne sont pas des PME2, de réaliser un audit énergétique. Cette mesure doit être appliquée avant le 5 décembre 2015 dans l’ensemble des états membres. Cependant, elle ne concernera pas les entreprises disposant d’un Système de Management de l’Energie certifié selon la norme ISO 50001. En effet, le système d’amélioration de la performance énergétique mis en œuvre par cette norme permet aux entreprises de répondre aux exigences de la directive.

Quels sont les enjeux de la mise en œuvre d’un Système de Management de l’Energie (SMé) selon la norme ISO 50001 ?

Marie Myczkowski : Un SME présente de nombreux avantages pour l’entreprise qui le met en œuvre. Dans le contexte économique actuel, une gestion efficace de ses consommations énergétiques constitue en effet un facteur de compétitivité de plus en plus fort. Cela représente un levier important pour dégager de la marge nette ou faire baisser les coûts. La réalisation d’actions concrètes d’amélioration des performances énergétiques permet en outre d’être reconnu comme un acteur économique soucieux de ses impacts sur l’environnement (émission de gaz à effet de serre, épuisement des énergies fossiles, etc.) et conscient de sa responsabilité sociétale. Par ailleurs, l’entreprise peut bénéficier de financements avantageux en doublant le montant de ses Certificats d’Economie d’Energie (CEE)3. Enfin, le bénéfice de la mise en place d’un SMé est également social et humain. En effet, il présente un aspect fédérateur. En insistant sur le comportement, il oblige tous les collaborateurs de l’entreprise à s’investir. Un SMé peut ainsi représenter un véritable projet d’entreprise.

Que conseillez-vous aux entreprises qui souhaitent mettre en œuvre un SMé ?

M. M : Pour faciliter cette mise en œuvre, elles peuvent se faire accompagner. Bureau Veritas mène régulièrement ce type de missions pour des entreprises, quels que soient leur niveau de maturité, leur ambition ou leurs objectifs.

Quelles compétences les entreprises doivent-elles exiger de l’organisme qui les accompagne dans la mise en œuvre de leur SMé ?

F. L. : Cet organisme doit parfaitement connaître les enjeux énergétiques, ainsi que la réglementation en vigueur et disposer d’une expertise technique. L’organisme  pourra ainsi procéder à l’état des lieux énergétique de l’entreprise, afin de proposer des pistes d’amélioration concrètes et adaptées.

Quelles sont les autres connaissances indispensables dont doit disposer un organisme accompagnateur ?

M. M. : Il doit bien connaître les attentes des organismes de certification. En effet, comme toutes les normes, ISO 50001 reste sujette à des interprétations. C’est pour cette raison que chez Bureau Veritas, les missions d’accompagnement à la mise en œuvre de SMé sont confiées à un binôme constitué d’un ingénieur spécialisé dans le domaine de l’Energie et d’un consultant-auditeur HSE (Hygiène Sécurité Environnement). Les consultants HSE de Bureau Veritas ont été formés à la connaissance et à l’interprétation des normes ISO 50001 et ISO14001. Ils ont réalisé des missions (ISO 14001, ISO 50001, ISO 9001 etc) dans de nombreux secteurs d’activités et apportent ainsi leur expérience en matière d’accompagnement à la mise en place de systèmes de management. De quoi permettre aux entreprises de mettre en oeuvre un système réellement adapté à leurs pratiques.

Quelles sont les différentes étapes de l’accompagnement à la mise en œuvre d’un SMé proposé par Bureau Veritas ?

F. L. : On distingue quatre étapes dans cet accompagnement :

– L’état des lieux. Cette étape permet ainsi d’obtenir une situation de référence sur les actions d’amélioration énergétique prévues par l’entreprise. Cet état des lieux peut aller de la simple collecte d’informations (études déjà réalisées) sur site à la réalisation d’un diagnostic énergétique poussé.

– La planification. Sur la base de toutes les données récoltées, une revue énergétique est réalisée. Elle a pour objectif d’identifier les postes énergétiques les plus significatifs sur lesquels la marge de progression sera la plus importante. Un plan d’actions est alors élaboré. Il comprend des cibles et des objectifs de performance énergétique, associés à des indicateurs de suivi pour vérifier l’efficacité des actions prévues.

– Le déploiement. Les collaborateurs de l’entreprise sont formés et sensibilisés. Nous accompagnons alors la mise en œuvre du SMé et le suivi du plan d’actions.

– La vérification. Nous réalisons un « audit à blanc » du SMé.

 

1 : SMé : Système de Management de l’Energie

2 : Dans le cadre de cette Directive, sont considérées comme des PME, les entreprises qui emploient moins de 250 personnes et dont le chiffre d’affaires annuel n’excède pas 50 millions d’euros ou dont le total du bilan annuel n’excède pas 43 millions d’euros.

3 : arrêté du 28 mars 2012 définissant les opérations standardisées d’économies d’énergie (http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000025668891&dateTexte=&categorieLien=id)

 

Profitez de l’expertise Bureau Veritas pour vous accompagner

 




|
SUR LE MÊME SUJET