|

Grand Paris: ces projets grandioses redessinent « l’axe majeur » des Champs-Élysées


Les Champs-Elysées ? Une véritable « autoroute urbaine ». L’avenue du Général de Gaulle à Neuilly ? Envahie par les poids-lourds. Mais les temps changent : d’ici à quelques années, une promenade de plus de 6 kilomètres devrait réconcilier les riverains avec les lieux. Visite et état des lieux dans le MagBV.

C’était une vision d’Henri IV, rendue possible par Le Nôtre et qui est devenue l’un des axes urbains les plus connus de la planète. Autoproclamés « plus belle avenue du monde », les très touristiques Champs-Élysées, qui accueillent 100.000 visiteurs par jour en moyenne sont toutefois jugés « bruyants », « artificiels », voire « dangereux » par les Franciliens, d’après une étude réalisée par l’Ifop  en mars 2019 sur les perceptions et projections des habitants du Grand Paris à propos de l’avenue. Et dire qu’ils se voulaient un lieu de promenade… Symbole de Paris, l’avenue est en fait délaissée des Parisiens : ils sont seulement 16% à la considérer comme une « source de fierté ». 

75 mètres pour les voitures… 3 pour les piétons

Plus polluée que le périphérique 130 jours par an, traversée quotidiennement par 64.000 voitures, la « plus belle avenue du monde » a grand besoin « qu’on s’occupe d’elle, préconise Jean-Noël Reinhardt, président du Comité des Champs-Elysées. Les champs doivent être apaisés, l’esprit de la promenade doit être réintroduit ». À l’autre extrémité de l’axe, l’avenue Charles de Gaulle à Neuilly-sur-Seine qui relie la porte Maillot – actuellement en rénovation - à La Défense, est atteinte des mêmes maux : elle voit passer 150.000 véhicules par jour, dont 20% de camions en transit, et les trottoirs de 3 mètres de large semblent de bien petite taille dans cette avenue de 75 mètres de large. 

Mais les usages changent. Les mobilités douces sont encouragées partout en Île-de-France, tandis que le RER Eole va encore rapprocher davantage le quartier de La Défense des portes de Paris, reliées d’ici peu en 8 minutes. Pour accompagner les nouveaux usages, le comité des Champs-Elysées a demandé à l’architecte Philippe Chiambaretta d’inventer l’avenue de demain. Au programme, un passage de deux fois quatre voies à deux fois deux voies pour les voitures, « avec une réduction de la chaussée aux heures des repas et la piétonisation totale tous les week-ends et pourquoi pas tout le mois d’août », dixit l’architecte. Le but : repenser les « Champs » en une zone de promenade et de flânerie, et prendre en compte les vélos, les voitures électriques ou les trottinettes. Le long des Champs-Elysées, « quinze hectares de jardins s’étalent, mais accueillent vingt fois moins de promeneurs qu’au parc Monceau, qui ne fait que huit hectares », se désole Philippe Chiambaretta. Cela pourrait bien changer dans les prochaines années. Selon la saison, l’Arc de Triomphe pourrait ainsi être entouré d’une… plage en été, et pourquoi pas d’une patinoire géante en hiver. Le reste de l’année, la place serait aménagée en jardins ou encore en marché aux fleurs. De quoi redonner des envies de promenades aux Parisiens et de ne plus jamais confondre les Champs-Elysées avec une autoroute.

Adidas, Apple, Nike, Sofitel débarquent sur les Champs

Depuis quelques temps, la mue des Champs-Elysées est entamée. Les médias s’en sont fait l’écho. « Après le fort ralentissement de la construction en 2008, la dynamique est bien là. Et pour les investisseurs revenir à Paris est une évidence : la ville n’a jamais été aussi attractive, avant les Jeux Olympiques », analysait début 2019 Anne-Christelle Dahan, Directrice de Région Bureau Veritas Construction, qui intervient sur plusieurs projets de l’artère. En bas de l’avenue, le Grand Palais s’est engagé dans une rénovation complète, en vue d’accueillir deux épreuves des Jeux Olympiques de 2024. Et depuis quelques mois, on ne compte plus les ouvertures de nouvelles enseignes de renommée mondiale. Adidas s’étale sur 4.000 mètres carrés, son concurrent historique, Nike, va lui emboîter le pas et ouvrir à son tour un « flagship » de 4 300 mètres carrés, tandis qu’Apple a inauguré en 2018 son plus grand magasin de France. À quelques pas, un Sofitel cinq étoiles s’installe dans un immeuble haussmannien, comme l’ont fait il y a quelques semaines les Galeries Lafayette dans l’immeuble du 52 Champs Elysées. Chanel  a ouvert un magasin à quelques mètres de là… Aucun doute, la dynamique est bien réelle. 

Pour les investisseurs revenir à Paris est une évidence : la ville n’a jamais été aussi attractive, avant les Jeux de Paris

Anne-Christelle Dahan, Directrice de Région Bureau Veritas Construction

Autre géant du luxe à poser ses valises sur cet axe majeur : Dior. Le siège des parfums de la marque va élire domicile à Neuilly, dans l’immeuble de bureau appelé Kosmo, un ensemble de 27 000m2 situé face à La Défense. 1.100 collaborateurs y sont attendus. Avant que le parfumeur s’y installe à la rentrée de septembre, un important travail d’aménagement est nécessaire. « Les deux immeubles de Kosmo seront reliés entre eux, Kosmo Seine, de 12 étages, et Kosmo ville, sur quatre étages, explique Ferdinand Le Roy, chef de service chez Bureau Veritas Construction qui assure le contrôle technique du chantier. Christian Dior veut accueillir du public avec notamment une brasserie au rez-de-chaussée du bâtiment. Il y a beaucoup de contraintes réglementaires ». Le hall d’accueil va doubler de hauteur, un show-room va être créé, et l’on prévoit des balcons et terrasses végétalisés. Des parois vitrées du sol au plafond pour bénéficier des vues à 360° sur la ville y sont aménagées… Un projet qui a séduit les jurés des Mipim Awards, qui ont décerné le prix du « meilleur immeuble rénové 2019 » à Altarea Cogedim pour Kosmo. 

Plus qu’un immeuble, c’est toute l’avenue qui, dans le prolongement des « Champs », se modernise. « D’ici 2024, lorsque nous accueillerons les Jeux Olympiques, nous aurons réussi le pari de faire retrouver à l’Avenue Charles de Gaulle son âme et son attractivité », prévoit le maire de la ville, Jean-Christophe Fromantin. Avec Neuilly, c’est plus de 5 kilomètres « d’axe majeur » qui redeviendraient à terme une « promenade royale ». Le maire souhaite créer 25 pavillons, 25 « folies » destinées à exposer les savoir-faire culturels de Neuilly et des territoires de France, et ainsi « redonner » l’avenue aux piétons.

Photographie : ©PCA-STREAM

ARTICLES LES + LUS



|