|

La fondation Louis Vuitton, un musée grandiose géré dans le cloud

Prouesse architecturale et déjà classée dans les premiers musées de France un an après son ouverture, la Fondation gère toutes ses données en ligne. Les coulisses de projet réputé impossible, racontées de l’intérieur par Bureau Veritas.


Dans les 10 plus grands musées français

A l’automne 2014, la Fondation Louis Vuitton a ouvert au cœur du Grand Paris, dans le Bois de Boulogne. Son inauguration a été un événement considérable dans le paysage culturel français : son architecte n’est autre que Frank Ghery (musées Guggenheim de Bilbao et Dubaï, Walt Disney Concert Hall de Los Angeles…). Sa silhouette, un iceberg recouvert d’immenses panneaux de verre courbes, évoque un voilier géant aux voiles gonflées par le vent d’ouest. Elle héberge 1 auditorium et 11 galeries d’art contemporain, où ont déjà été exposés des artistes contemporains majeurs, Munch, Boltanski, Basquiat, Olafur Eliasson, Ai Wei Wei … Un an après son ouverture, la fondation Louis Vuitton avait déjà reçu 1,2 millions de visiteurs, en faisant l’un des 10 musées les plus fréquentés de France. «Promouvoir» et «Emouvoir» sont les maitres mots de ce projet né d’une volonté de partage et animés par un fort engagement en faveur de l’art contemporain. Bref, une Fondation qui se rend accessible au plus grand nombre.

 

 

Le chantier de l'impossible

La réalisation de cet ouvrage d’art de 11 700 m2 et de 40 mètres de haut, construit de 19 000 panneaux tous différents, fût une prouesse. Au moment de sa conception, elle était même réputée impossible : les technologies n’existaient tout simplement pas, en particulier celles qui devaient permettre de fixer les immenses panneaux de verre, soumis à une forte prise au vent. Pour y parvenir, la conception a nécessité des essais en soufflerie, des dépôts de brevets...

… et une façon de travailler innovante : “Au cours de la réalisation du chantier de la Fondation Louis Vuitton,  les équipes ont été amenées à travailler avec une plateforme d’échange collaborative, qui centralise et communique avec  l’ensemble des équipes", raconte Franck Valladeau, le Directeur Exploitation de la Fondation Louis Vuitton. Baptisé “Digital Project”, cet outil permettait à tous les intervenants, architectes, ingénieurs, maîtres d’œuvre, d’avancer sur les mêmes documents en temps réel. Le chantier a duré 6 ans et mobilisé 700 ouvriersEt c’est Bureau Veritas qui a été chargé des vérifications périodiques, notamment relatives aux règles de sécurité des établissements recevant du public.

 

Un voilier géant géré dans le cloud 

L’une des particularités de ce musée, c’est qu’il est l’un des premiers à gérer toutes ses données en ligne. "J'ai souhaité conserver le même principe de projet collaboratif pour la base documentaire de l'exploitation du bâtiment, explique Franck Valladeau. Dès lors, j'ai recherché des solutions existantes sur le marché qui répondent à nos attentes. Le choix s'est rapidement porté sur Bureau Veritas, qui est en charge de l'ensemble de nos contrôles périodiques depuis le chantier, et qui propose un bon produit particulièrement modulable."

L’intérêt de cette plateforme collaborative ? Destinée à la gestion documentaire, technique et cartographique des bâtiments, elle est digitale, collaborative, simple d’utilisation et didactique. “La centralisation des données dématérialisées et la possibilité de les mettre à jour en temps réel (données disponibles et fiables) est la clé d'une bonne gestion de patrimoine. Mon objectif est d'adapter "Building in One" à l'organisation de la Fondation Louis Vuitton", précise Franck Valladeau.  Plus concrètement, cela me permettra de :

Garantir la sécurité des informations (confidentialité et sauvegarde des données dans le temps).
Fluidifier et faciliter l'accès aux informations (donner des accès plus ou moins limités à l'ensemble des partenaires qui travaillent sur l'exploitation du bâtiment par exemple : mainteneur CVC, mainteneur Ascenseur.
Mettre à jour en temps réel les informations de la base avec traçabilité (il est très important de savoir qui a modifié quoi et quand - il faut aussi avoir le dernier document à jour avec sa date de révision)
Pour toutes ces raisons, l’outil répond donc aux besoins de la fondation Louis Vuitton.

 

 

 

Pour en savoir plus, retrouvez ici plus d'informations sur Building In One




|