|

AUX JOURNÉES DU PATRIMOINE, VISITEZ DES USINES !

Ces sites industriels qu’on peut désormais visiter


De nombreux industriels ouvrent les portes de leur site pour l’occasion. Ces balades originales et ludiques connaissent un succès fou.

Les Français applaudissent lorsqu’elles embauchent, critiquent lorsqu’elles polluent… mais en vérité, peu d’entre eux savent vraiment ce que nos entreprises industrielles font réellement à l’intérieur de leurs grandes usines. Pour changer cela, depuis quelques années, les journées européennes du Patrimoine proposent de faire découvrir, à côté des traditionnels arcanes du Sénat, de l’Élysée, des châteaux et des musées de France, les coulisses de ces sites encore mystérieux. Les visiteurs pourront par exemple découvrir des lieux historiques, symboles de notre héritage industriel, comme la plus ancienne fabrique du savon de Marseille, mais aussi des usines contemporaines en activité, des centres de traitement des eaux ou même des centrales nucléaires !

Il faut dire que de plus en plus d’industriels organisent des visites tout au long de l’année. Les touristes en raffolent : en 2014, ils étaient 13 millions à s’être laissé tenter soit 10 % de plus qu’en 2012. Il est vrai qu’en proposant de montrer « l’envers du décor », ces circuits hors du commun ont de quoi titiller la curiosité. Et qu’ils permettent de découvrir l’ingénierie et l’économie de façon très ludique. Les entreprises quant à elles y trouvent leur compte puisque ces visites sont l’occasion rêvée de promouvoir un savoir-faire et des métiers voire de vendre des produits « souvenirs ». 

Mais attention : ouvrir les portes d’un site industriel n’est cependant pas une mince affaire. Avec leurs machines, leurs fours, leurs puits et leurs produits chimiques, les usines fourmillent souvent de dangers pour les non-initiés. D’autant que les visiteurs (notamment les plus jeunes) ne respectent pas toujours les consignes à la lettre. « De plus en plus d’entreprises nous demandent donc de vérifier que leur parcours de visite est sécurisé », confie Johnny Pirault, responsable de produit Gestion de patrimoine chez Bureau Veritas. Afin de prévenir toute catastrophe et de protéger les visiteurs ainsi que l’image de l’entreprise, les experts du groupe vont sur place étudier le circuit à la loupe. Éviter les chutes en vérifiant la présence de garde-corps aux normes fait partie des points clés.

Les protections prévues pour le grand public sont en effet différentes de celles utilisées par les professionnels puisqu’elles doivent résister à un poids plus important et ne pas avoir d’ouvertures par lesquelles un enfant pourrait se pencher et chuter.

Journées du patrimoine

La sécurité incendie est elle aussi un élément essentiel à prendre en compte. Les entreprises qui accueillent du public doivent être équipées d’extincteurs et fournir aux touristes avant chaque visite les consignes à respecter en cas d’incident. « Notre travail ne s’arrête pas là. Il faudra aussi vérifier que le circuit ne permet pas aux promeneurs de s’approcher de machines dangereuses, s’assurer de la présence de casques sur les sites où des objets sont susceptibles de tomber, contrôler les armoires électriques, etc. La liste est longue », précise l’expert Bureau Veritas.

Malgré toutes ces précautions à prendre, quelque 5 000 sociétés ont déjà sauté le pas. Les plus populaires ? Selon le dernier palmarès de l’Association de la Visite d’Entreprise (relatif à 2014) (3), le podium revient à la Cave de Gan Jurançon, à EDF et à La verrerie de Biot qui ont respectivement enregistré 270 000, 420 000 et 700 000 entrées. Des chiffres de fréquentation qui feraient pâlir d’envie bien des musées.

 

Le programme officiel des journées européennes du patrimoine

 

Notre sélection des sites industriels contemporains visitables :

  • La centrale nucléaire du Bugey
  • L’usine de valorisation des déchets, à Chambéry
  • L’usine de traitement des eaux de la Roche-sur-Yon
  • Le barrage hydroélectrique de Saint-Hippolyte
  • L’usine de méthanisation de Renay

 

Les usines à visiter tout au long de l’année




|