Les incroyables travaux de Roland Garros pour rester une star du Grand Chelem

Mis sur pause pendant le tournoi, les travaux reprendront très vite après la finale.

Toit rétractable, agrandissement, modernisation …  les concepteurs du Nouveau Roland Garros ont vu les choses en grand. Ces travaux complexes ont en effet un objectif de taille :  conforter la position du tournoi parisien au sein du Grand Chelem.

 

Nadal, Williams, Djokovic , Sharapova … les stars du tennis vont bientôt se retrouver à Roland Garros. Mais en coulisse de cette édition se déroule une partie aux enjeux bien plus élevés : la modernisation du mythique stade français. Ces dernières années, les trois autres tournois du Grand Chelem (l’Open d’Australie, Wimbledon et l’US Open) ont en effet massivement investi dans l’amélioration de leurs infrastructures. Et d’autres, à l’instar de Madrid, s’affirment dans le paysage.  Le tournoi français se devait d’être ambitieux pour asseoir sa position dans le circuit. Les défis relevés par ce projet sont en effet de taille.

Défi n°1 : Installer un toit déployable en 15 minutes

Pas question de revivre des catastrophes comme celle de 2012. Cette année-là, la pluie interrompait la finale historique entre Rafael Nadal et Novak Djokovic. Et il avait fallu attendre le lendemain pour en connaître l’issue. « Ce n’est plus acceptable de ne pas assurer la continuité du tournoi. (…) Les courts couverts dans les Grands chelems sont à présent un standard », rappelait Guy Forget, en 2016, lors d’une conférence de presse.

Ces reports ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir avec le Nouveau Roland Garros. Le projet prévoit en effet la construction d’un immense toit rétractable sur le court Philippe-Chatrier. Un aménagement complexe vu la portée et le poids de la structure (101 mètres, plusieurs milliers de tonnes). « Il n’est évidemment pas possible de planter des poteaux au milieu du terrain, les acteurs du projet doivent donc assurer la stabilité de l’ouvrage avec peu de points d’appui », précise Thierry Lamadon, directeur technique de Bureau Veritas Construction, la société qui assure le contrôle technique du « Nouveau Roland Garros ».

Pour y parvenir, un renforcement global des fondations du court a été planifié. L’ensemble de la construction sera également passée à la loupe. « Ici l’erreur n’est pas permise : pour que le toit se déplie correctement, tous les mécanismes doivent fonctionner de concert », explique Hassan Mirdas, responsable d’activité au sein de Bureau Veritas Construction. Les experts du groupe vérifient d’ailleurs que l’effet des variations de température (qui peuvent engendrer la contraction ou la dilatation de certains matériaux) a été correctement pris en compte. Et comme le toit pourra se déplier en présence du public, ils contrôlent aussi minutieusement l’impact du vent. «Il ne faut pas que des rafales puisse engendrer des vibrations déplaisantes pour les spectateurs, comme cela s’est vu ailleurs », explique Philippe Hostalery, ingénieur chef de projet de Bureau Veritas Construction. 

Le jeu en vaut cependant la chandelle. Déployable en 15 minutes à peine, le nouveau toit permettra au court central de conserver son statut de stade de plein air tout en garantissant la poursuite des matchs en cas de pluie.

Défi n°2 : Agrandir Roland Garros sans le déplacer

Il est plus facile d’attirer du monde en étant situé à la lisière de Paris qu’en lointaine banlieue. Mais quand il s’agit de s’étendre, cela a plutôt tendance à compliquer les choses.  Pour résoudre cette délicate équation, les concepteurs du Nouveau Roland Garros ont trouvé une solution originale : construire un court sur le jardin botanique voisin des Serres d’Auteuil. Un projet complexe, puisqu’il nécessitait de préserver la physionomie du lieu. Mais les amoureux de l’endroit peuvent être rassurés : seules les serres « techniques », sans intérêt architectural particulier, seront détruites.

Les magnifiques serres historiques de Formigé, elles, resteront intactes. Et, afin de s’intégrer au paysage le plus harmonieusement possible, le nouveau court de 5000 places sera semi-enterré et entouré de quatre nouvelles serres. « L’objectif de cette construction est de rendre possible la suppression du court n°1 afin d’agrandir la place des Mousquetaires » précise Thierry Lamadon.  Cette place stratégiquement située (à côté du court central) sera réaménagée en une grande esplanade verte d’un hectare qui apportera de l’espace et de la fluidité aux déplacements des spectateurs.

Défi n°3 : Moderniser Roland Garros

Accueillir le public dans les meilleures conditions possibles, c’est l’autre ambition de ce chantier d’envergure. Pour rendre le stade plus confortable et le moderniser, plusieurs modifications ont été prévues. Le réaménagement des tribunes du court central Philippe-Chatrier offrira aux spectateurs une meilleure vue sur le terrain. A deux pas de là, la construction d’un bâtiment pour l’organisation du tournoi proposera aux visiteurs de nouveaux espaces d’accueil (jardins suspendus, terrasse panoramique, etc.). La partie ouest du stade (celle baptisée « Fond des Princes ») sera, quant à elle, complètement réaménagée (création d’une zone de compétition de sept courts dont un de 2200 places avec des gradins permanents).

La modernisation de Roland Garros passe aussi par l’installation de nouveaux équipements technologiques. Sur le côté Est du court central, un écran géant diffusera ainsi, en direct, les matchs du tournoi. Et, au rez-de-chaussée, un nouveau centre des médias équipé de matériels à la pointe de la technologie permettra aux journalistes de travailler dans les meilleures conditions possibles.

Défi n°4 : Gérer un chantier sur une zone ponctuellement occupée

Pour emprunter un terme au monde du spectacle : « the show must go on ». Pas question de suspendre le tournoi pendant les années que vont nécessiter ce chantier. Evidemment, cela nécessite une organisation millimétrée. «Les travaux sont mis sur pause environ trois semaines avant le tournoi », confie Hassan Mirdas, responsable d’activité de Bureau Veritas Construction. Le temps nécessaire pour que les entreprises évacuent les engins de chantier et que des palissades de protection soient posées autour des constructions en cours (ex : bâtiment de l’organisation etc.). Et, une fois le tournoi terminé, trois semaines supplémentaires sont généralement nécessaires pour faire place nette et redémarrer les travaux.

 

Calendrier prévisionnel

2018 : livraison de plusieurs courts (le n°7,  le n°9 et un show court sur le Fonds des Princes), du nouveau village Roland Garros et d’un bâtiment qui sera situé à proximité du court des Serres

2019 : Le court des Serres verra le jour. Une grande partie de la rénovation du court central et de la zone du Fonds des Princes sera terminée

2020 : fin des travaux