|

INFOGRAPHIE : La France sait construire des stades fiables.



La France a construit plus de grands stades en 5 ans qu’au cours des 50 dernières années (Nice, Bordeaux, Lille, Lyon…). Et ça va continuer avec l’U Arena à Nanterre (30 000 places couvertes) en 2017, Le Colisée à Saint-Denis en 2020… Bureau Veritas* intervient sur la plupart de ces arènes.

 

Partager l'image
ROLAND GARROS AVEC UN TOIT

 

Tennis 2022 : Le nouveau Roland Garros

Le Central aura désormais son toit rétractable en 15 minutes. Autour, des jardins suspendus, une terrasse panoramique, un 3e grand court (le tout inspecté par Bureau Veritas). Objectif : plus de matchs, de spectateurs et de fluidité. Et un rang à tenir dans le monde du Tennis.

Un toit monumental et un écran le plus grand du monde

 

Rugby 2023* : Le plus vaste stade couvert d'Europe

Parmi les stades candidats, la « U Arena » de Nanterre recevra entre 10 et 40 000 spectateurs, avec le plus grand écran géant jamais vu dans un stade (plus de 2 000 m2), et une toiture géante qui reposera sur 4 piliers seulement. Bureau Veritas Construction a inspecté sa structure, notamment sur maquette numérique (BIM).

le plus beau stade du monde

 

Euro 2016 : L'un des plus beaux stades du monde

Il a aura fallu 25 mois de travaux pour construire le Matmut Atlantique à Bordeaux, ce qui est extrêmement court pour un chantier de cette taille. Les différents corps de métier ont dû s'adapter pour ne pas se gêner et travailler ensemble. Au plus fort des travaux, 450 ouvriers se sont côtoyés sur le site. Il faut donc une organisation sans faille et une parfaite maîtrise de la circulation des engins. Certains jours, jusqu’à 38 nacelles se trouvaient en déplacement, sans compter les autres véhicules du chantier. Pour établir ce plan de coordination et assurer la sécurité des ouvriers, Bureau Veritas a développer tout son savoir-faire. Résultat : aucun accident grave n’a été à déplorer.

INFOGRAPHIE : Bureau Veritas a passé les stades au laser, voici les points de contrôle

 

Les stades passés au lazer

Comment nos stades sont passés au laser

Sur tout chantier, un organisme de vérification indépendant doit contrôler sa bonne conception, la conduite et la sécurité des travaux, et la conformité réglementaire de l’ouvrage à sa livraison. Bureau Veritas est intervenu sur la construction de 4 des 10 stades de l’Euro 2016 (Stade de France, Allianz Riviera de Nice, Matmut-Atlantique de Bordeaux, Stade des Lumières de Lyon).

D’abord comme bureau de contrôle technique construction, pour prévenir les aléas techniques pouvant affecter la sécurité ou la solidité des stades et vérifier les différentes phases de construction.

Ensuite, comme coordinateur SPS (sécurité et protection de la santé), pour coordonner la sécurité collective lors de l’intervention de plusieurs sous-traitants sur le chantier.

Également, pour les aspects réglementaires liés au Code de l’Environnement.

Et enfin, plus important, pour l’assistance technique à l’homologation des enceintes destinées à recevoir des manifestations sportives.

1/ RÉSISTANCE AU FEU

Bureau Veritas a effectué le contrôle technique des structures métalliques de plusieurs stades de l’Euro (Nice, Lyon, Bordeaux notamment) pour vérifier qu’elles pouvaient résister au feu pendant au moins 90 minutes, sans se déformer, et permettre ainsi l’évacuation du public. Après des simulations par ordinateurs, des exercices réels ont été menés : des sortes de braseros ont ainsi été allumés dans les sous-sols pour simuler l’incendie d’un véhicule.

2/ HYGIÈNE

Avec une telle concentration humaine, impossible de laisser la place au moindre risque sanitaire. Pour le Stade de Bordeaux, Bureau Veritas a procuré une réelle assistance technique sur le sujet, en vérifiant par exemple que la capacité d’alimentation des points d’eau est suffisante. C’est le cas : 400 chasses d’eau peuvent être actionnées en même temps ! Pour les stades de Lyon, Nice ou Bordeaux, Bureau Veritas a été mandaté pour assurer la gestion du risque légionelle dans les réseaux de distribution d’eau, afin d’éviter tout risque d’infection des supporters dans les toilettes… et des joueurs dans les vestiaires.

3/ MOUVEMENTS DE FOULE

Depuis les catastrophes de Hillsborough ou de Furiani, qui ont fait des dizaines de morts et de blessés, la sécurité liée aux mouvements de supporters a été renforcée. Et ce dès la conception des stades : les ingénieurs (accompagnés en contrôle technique par les équipes de Bureau Veritas pour les arènes de Lyon, Nice et Bordeaux) ont calculé que les portes et travées soient assez larges pour permettre une évacuation fluide en cas d’incendie ou d’accident. Des mesures et des simulations l’ont vérifiée par la suite. Le Stade de France, qui dispose de 18 travées allant en s’élargissant vers la sortie, peut ainsi évacuer 100 personnes par seconde et se vider totalement (80 000 spectateurs) en 13 minutes.

4/ RESTAURATION

Question de confort autant que de sécurité, l’UEFA et la FFF (en Ligue 1) imposent 6 mètres de comptoirs de restauration par tranche de 1 000 spectateurs, afin que tous puissent se restaurer pendant les 15 minutes de mi-temps. Bureau Veritas contrôle ce point en Ligue 1.

5/ PELOUSE

30 millimètres, pas un de plus : c’est la hauteur maximale du gazon, imposée par l’UEFA. Elle peut être raccourcie jusqu’à 23 millimètres (plus elle est courte, moins les joueurs se fatiguent). Bureau Veritas s’assure, de son côté, que les câbles chauffants sous la pelouse, à Bordeaux par exemple, fonctionnent bien.

6/ BUTS

Vous pensiez que seules les dimensions des cages des gardiens (7,32 m par 2,44 m) étaient contrôlées ? La réglementation impose aussi qu’elles soient... stables : les buts d’entraînement mobiles (et « autostables »), de nouveau autorisés en France, doivent être équipés de contrepoids pour ne pas basculer, et faire l’objet d’essais de mise en service, ce que Bureau Veritas réalise. Les buts de match, eux, doivent être… solides : Bureau Veritas a été chargé de soumettre les barres transversales à une charge verticale de 180 kg pendant une minute. Deux fois le poids d’un gardien qui s’y suspendrait pour faire quelques tractions…

7/ ÉCLAIRAGE

Pour assurer la qualité du jeu et surtout celle de la retransmission TV , on doit voir le terrain comme en plein jour, même la nuit, sans aucune ombre sur le gazon. En termes techniques, la luminosité doit être de 1 400 lux minimum sur tout le terrain, au mieux 2 300, ce que Bureau Veritas vérifie rigoureusement. Une alimentation de secours indépendante doit être capable de fournir au moins les deux tiers de cette intensité en cas de panne.

8/ ACOUSTIQUE

L’acoustique des stades est un point clef pour assurer le spectacle : on doit pouvoir entendre le sifflet de l’arbitre, mais les clameurs du stade ne doivent pas perturber la vie urbaine à proximité. Les niveaux sonores ont été étudiés en amont, pendant la conception, et contrôlés a posteriori par Bureau Veritas au Stade de France ou à l’Allianz Riviera de Nice.

9/ RÉSISTANCE AUX SÉISMES

Nos stades peuvent-ils résister à des conditions extrêmes ou à des séismes de grande intensité, tout en protégeant leur public, comme l’exige les normes anti-séisme et anti-vibrations (Eurocode 8 et Iso 10137 pour être précis) ? Missionné pour le contrôler, Bureau Veritas a utilisé des logiciels puissants pour modéliser les stades et mettre à l’épreuve virtuellement leurs structures. Puis il a croisé ces données avec des tests terrain, en installant des capteurs sismiques pendant les matchs de ligue 1, quand ils sont remplis de bondissants supporters. Dans d’autres stades, Bureau Veritas a utilisé des vibrateurs harmoniques, d’énormes machines à vérins hydrauliques capables de générer des vibrations sur les structures afin d'étudier leur réaction.

10/ ACCÈS AU STADE

Pour s’assurer à la fois de la sécurité des supporters et prévenir la fraude, les équipes de Bureau Veritas ont été chargées d’une double vérification dans les stades : elles contrôlent que les entrées sont bien munies de filtres physiques (portiques, tourniquets…) et, au Stade de France, que les codes-barres des billets ne puissent être scannés qu’une seule fois.

Partager l'image



|