|

A Bordeaux, la Maison de l’économie créative et de la culture (MECA) sera un véritable monument

La construction inclut 4 800 panneaux de béton et deux poutres de 60 tonnes.


La MECA sera le nouveau lieu de l’économie créative de la région Nouvelle-Aquitaine. Cette arche asymétrique et immaculée est un vrai défi architectural.

 

« Comme la Tour Eiffel a dû choquer les Parisiens en 1889, alors qu’aujourd’hui nul n’imaginerait Paris sans elle, nous avons essayé de penser grand et audacieux avec ce projet », a expliqué Bjarke Ingels, l’architecte danois de la MECA.

La MECA (Maison de l'économie créative et de la culture), dont l’ouverture est prévue à Bordeaux début 2019, est conçue comme une boucle d'espaces publics et d'institutions culturelles. Ainsi, le trottoir de la promenade face à la Garonne va s’élever pour former le toit des halls principaux. Puis monter verticalement pour définir la tour de l’Oara (Office artistique de la région Nouvelle-Aquitaine). Ensuite former une arche de 37 mètres de haut dans laquelle seront abritées les galeries du Frac (Fonds régional d’art contemporain). Et enfin délimiter le mur des archives de l’Ecla (Écrit cinéma livre audiovisuel) pour, finalement, rejoindre la promenade du front de mer.

 

37m
de hauteur
251
pieux
750t
de charpente
800t
d'armatures
11000m3
de béton

4 800 panneaux de 500 kilos

« A première vue, l’architecture est très épurée et simple, avec une large place faite au béton brut », note Pierre Rivault, chef de projet en charge du contrôle technique chez Bureau Veritas Construction. Le bâtiment sera ainsi recouvert de 4 800 panneaux de béton de 3,6 mètres sur 0,60 mètres en moyenne, dont la teinte évoque la pierre beige caractéristique du port de la Lune de Bordeaux.

« Mais cette apparence lisse cache en réalité une grande complexité, et beaucoup d’innovations techniques », poursuit Pierre Rivault. Par exemple, les panneaux de béton, pesant en moyenne 500 kilogrammes, doivent arriver sur le chantier en plusieurs fragments. Ils sont ensuite montés sur place, par un jeu d’assemblages métalliques complexe, afin de former l’enveloppe du bâtiment.

« L’architecture est très épurée et simple, avec une large place faite au béton brut. Mais cette apparence lisse cache en réalité une grande complexité, et beaucoup d’innovations techniques. »

Pierre Rivault, chef de projet contrôleur technique chez Bureau Veritas Contruction

Chantier la future Maison de l’économie créative et de la culture (MECA), sur le quai de Paludate, à Bordeaux.

Des poutres de 60 tonnes

En juillet 2017, les deux poutres reliant les deux tours du bâtiment ont été mises en place. Une étape importante sur le chantier. « On va lever environ 60 tonnes de charpente métallique avec des grues qui sont assez impressionnantes. (…) C’est très symbolique parce qu’aujourd’hui on va finalement se rendre compte de la volumétrie future de la MECA », a expliqué Laurent De Carnière, architecte du cabinet BIG (Bjarke Ingels Group) avant l’opération.

Prochaine difficulté : l’installation de panneaux dits « sandwichs » entre les 4e et 6e étages du bâtiment. Leur rôle est d’assurer l’isolation du bâtiment. Mais ils doivent être percés afin de faire passer les structures métalliques qui serviront à soutenir les panneaux en béton… la façade « décorative » du bâtiment. « Le maître d’oeuvre, accompagné de Bureau Veritas Construction, doit donc trouver des solutions pour assurer malgré tout l’étanchéité à l’eau et à l’air », analyse Pierre Rivault.

Des marges d’erreurs de l’ordre du millimètre

« Pour un projet de cette envergure, la moindre difficulté technique va prendre des proportions considérables », poursuit Pierre Rivault. Le travail d’analyse des risques n’est donc pas du tout le même que sur un projet classique. Laurent de Carnière confirme dans une interview : « On travaille avec des erreurs relatives qui sont de l’ordre du millimètre. C’est absolument incroyable de se rendre compte de l’échelle d’un bâtiment, mais aussi de la précision du travail qui est accompli et de l’ingénierie qui est mise en place. »

Bureau Veritas Construction, organisme chargé du contrôle technique de construction afin de prévenir les aléas techniques et de maîtriser les risques, a mis en place une équipe d’experts, comme l’explique Christophe Angibaud, chez Bureau Veritas Construction : « Nous avons mobilisé des spécialistes de la charpente, du béton, et du contrôle technique des fondations reconnus nationalement. »

Vue de la future MECA, nouveau lieu de l’économie créative de la région Nouvelle-Aquitaine.

Un pôle régional de la culture et de l’économie créative

Trois institutions régionales culturelles seront réunies au sein de la MECA :

  • le Fonds régional d’art contemporain. Installé sur le pont supérieur de la MECA, le fonds de soutien à la création contemporaine disposera d’espaces d’expositions et de salles dédiées à l’expérimentation d’actions innovantes.
  • l’Office artistique de la région Nouvelle-Aquitaine. Cette agence culturelle en charge du spectacle vivant disposera d’un plateau de travail de 400 m2avec une grande salle modulable de 266 places et un studio de création.
  • l’agence Écrit cinéma livre audiovisuel. Au sein de la MECA, l’organisme mettra à disposition des professionnels du livre, du cinéma et de l’audiovisuel un centre de documentation et de ressources et une salle de projection.



|