Plus de sérénité, moins de bouchons : le duo gagnant du télétravail !

Place à l'évaluation des objectifs

Le travail 2.0 na plus rien à voir avec celui dantan.  Aujourdhui, dans les plus grandes capitales économiques du monde, le « télétravail » a le vent en poupe. En France, nous observons depuis ces dernières années, la mise en marche dune petite révolutionLe management évolue. Terminée lévaluation des salariés sur le présentéisme. Place aujourdhui à lévaluation des objectifs !

Le télétravail, ou quand bien-être rime avec productivité…

Bonheur et bien-être des salariés sont reconnus comme des critères importants d’efficacité... et le télétravail y contribue. Contre toute idée reçue, le télétravail améliore considérablement la performance des salariés. Notre spécialiste Bureau Veritas, Patrick Bouges, Chef de service Contrats Nationaux (entre autres sur le télétravail), parle de « 22% de gain de productivité ». Il est encore commun, en France, de penser le contraire, mais lorsque l’on se penche sur le sujet, tout devient limpide.

Une étude menée par l’université du Texas, à Austin, démontre qu’un employé en « home office » travaille en moyenne 6h de plus par semaine quau bureau. Il faut savoir qu’un Francilien passe en moyenne 1h30 par jour dans les transports. En jeu : de précieuses heures gagnées en travaillant de la maison. Par ailleurs, les pauses café, les interruptions des collègues, le bruit de certains open space peuvent nuire à la concentration des salariés, et donc à leur efficacité.

« Travailler de chez soi, ça n’a rien à voir ! On est plus serein et plus efficace. On gagne en concentration, étant beaucoup moins perturbé (téléphone, allées et venues de collègues, etc.) donc en rapidité. Le stress quotidien se fait donc beaucoup moins ressentir » explique Patrick Bouges.

Confiance, stabilité et adaptabilité : le tiercé gagnant du télétravail

Le télétravail a aussi l’avantage de favoriser la confiance entre employé et employeur. En effet, lorsqu’on lui permet de travailler de chez lui, le salarié est responsabilisé par la confiance que lui accorde son manager. Le travail est alors bien fait et les relations de travail n’en sont que bonifiées.

De cela découlent d’autres retombées positives directement liées au télétravail : la réduction de l’absentéisme et des démissions. Plus le salarié est heureux au travail, plus il a envie de se lever le matin et il est, par conséquent, moins enclin à démissionner. Tout cela améliore considérablement la stabilité de l’entreprise, qui gagne aussi en adaptabilité. Souvenez-vous, lorsque à New York, début 2016, l’économie s’est figée en raison de la fameuse tempête hivernale, baptisée « Jonas ». Les seules entreprises qui ont su se maintenir financièrement, sans enregistrer trop de pertes, sont celles qui pratiquaient couramment le télétravail. D’une manière plus générale, les intempéries, les enfants malades, les grèves ou tout autre imprévu du quotidien ne constituent plus de freins au travail.Confiance, Stabilité et Adaptabilité : le trio gagnant !

Le télétravail a aussi l’avantage de favoriser la confiance entre employé et employeur. En effet, lorsqu’on lui permet de travailler de chez lui, le salarié est responsabilisé par la confiance que lui accorde son manager. Le travail est alors bien fait et les relations de travail n’en sont que bonifiées.

De cela découlent d’autres points positifs directement liés au télétravail : la réduction de l’absentéisme et des démissions. Plus le salarié est heureux au travail, plus il a envie de se lever le matin et il est, par conséquent, moins enclin à démissionner. Tout cela améliore considérablement la stabilité de l’entreprise. Mais pas que, car elle gagne aussi en adaptabilité. Souvenez-vous, cet hiver, à New York, l’économie s’est figée en raison de la fameuse tempête hivernale, baptisée « Jonas ». Les seules entreprises qui ont su se maintenir financièrement sans enregistrer trop de pertes, sont celles qui pratiquent couramment le télétravail. D’une manière plus générale, les intempéries, les enfants malades, les grèves ou tous autres imprévus du quotidien, ne constituent plus de freins au travail.

Plus rentable le télétravail ?

Et oui ! Le télétravail est plus rentable pour les entreprises. Non seulement en matière de productivité et de performance des salariés, mais aussi sur de nombreux autres points : l’électricité, le service d’entretien, les frais de fournitures. Dans certains cas, cela se traduit par une réduction des surfaces de bureaux, la mise en place de bureaux de passage, etc.

Cela représenterait même une économie moyenne de plus de 9 000 € par an et par employé. Du côté des salariés, l’économie est évaluée à environ 6 000 € par an, par salarié. Ceci s’explique facilement avec des économies de déjeuners, de transports, de garde d’enfants, de carburant…

Un impact direct sur l’environnement

Un employé qui travaille à la maison, c’est souvent un automobiliste de moins sur les routes. L’impact environnemental est donc direct et les économies d’énergies réelles. En effet, Patrick Bouges, explique qu’une journée de télétravail par semaine revient à diminuer de 20 % les émissions de Co2 par semaine et par personne (lorsqu’elle est, comme souvent, l’unique occupant de son véhicule). Amusez-vous à faire le calcul de l’impact que cela pourrait avoir sur une année entière et sur le nombre de salariés pouvant pratiquer le télétravail…

Le télétravail, à temps plein ou à temps partiel ?

« Attention, pour être vraiment rentable et efficace, il convient de ne pas pratiquer le télétravail à plein temps. En termes d’efficacité, il y a des limites. Une à deux journées par semaines semble être le bon dosage, car il est important de garder la main mise sur le management, ainsi que de conserver les échanges « présentiels », explique Patrick Bouges. En effet, ce mode de fonctionnement présente de nombreux avantages mais il a aussi ses limites. Outre l’aspect managérial, il ne faut pas oublier la dimension sociale, qui est primordiale.

Le télétravail, à temps plein ou à temps partiel ?

« Attention, pour être vraiment rentable et efficace, il convient de ne pas pratiquer le télétravail à plein temps. En termes d’efficacité, il y a des limites. Une à deux journées par semaines semble être le bon dosage, car il est important de garder la main mise sur le management, ainsi que de conserver les échanges « présentiels », explique Patrick Bouges. En effet, ce mode de fonctionnement présente de nombreux avantages mais il a aussi ses limites. Outre l’aspect managérial, il ne faut pas oublier la dimension sociale, qui est primordiale.

Existe-t-il des solutions pour se couvrir ?

Fort heureusement, oui. Avant de laisser son employé télétravailler, il est important de faire réaliser un Diagnostic de sécurité. Le point essentiel à vérifier est la conformité de linstallation électrique du poste de télétravail dédié du salarié. Bureau Veritas effectue le diagnostic de conformité et vous dit si cette dernière est conforme ou non.

 

Que regarde Bureau Veritas pour faire son Diagnostic de conformité de linstallation électrique dun poste de télétravail ?

Le diagnostic porte sur les conditions générales d’installation, à savoir :

- l’état mécanique apparent du matériel,

- l’identification des circuits, des dispositifs de sectionnement (permet de séparer et d’isoler un circuit électrique ou un appareil du reste de l’installation) et des conducteurs,

- l’adaptation du matériel aux conditions d’influences externes,

- l’isolement des installations Basse Tension, des circuits et appareils pour lesquels la protection contre les contacts indirects est défectueuse,

- l’état des dispositifs de sectionnement et de coupure d’urgence,

- les conditions de protection contre les risques de contacts directs,

- les conditions de protection contre les risques de contacts indirects à l’exception de la conception de la prise de terre pour les habitations collectives

- les conditions de protection contre les risques de contacts indirects à l’exception de la conception de la prise de terre pour les habitations collectives

De nombreuses entreprises ont donc décidé de faire confiance à Bureau Veritas pour réaliser le Diagnostic de conformité et pour garantir la sécurité de leurs salariés. Parmi elles, Sanofi, qui a été un des précurseurs sur le sujet (pour une mise en place du télétravail à grande échelle à la suite d’un accord d’Entreprise), et avec qui le premier contrat a été signé en 2012. En mai 2016, quelques 5 000 diagnostics de conformité avaient déjà été réalisés.

 

Début 2016, Florence Couraud, responsable du projet télétravail chez Sanofi, nous expliquait pourquoi lentreprise avait décidé de mettre en place une politique de télétravail avec laide de Bureau Veritas.

« Notre décision est due à lévolution même du travail dans notre société. Aujourdhui, près de 17 % des Français travaillent à distance pour le compte de leur employeur. De plus, il existait une forte attente de la part de nos salariés dont les temps de transports quotidiens dans les grandes agglomérations sont parfois importants. Par ailleurs, depuis le 22 mars 2012, la loi Warsmann encadre le télétravail dans le secteur privé. Elle précise les droits et les obligations des télétravailleurs et de leur employeur. Il faut dire que les avantages du télétravail sont nombreux, tant pour les collaborateurs qui gagnent en autonomie et en qualité de vie que pour les entreprisesChez Sanofi, plus de 3 500 collaborateurs télétravaillent depuis la mise en place. Cette nouvelle approche a permis de développer les compétences de tous en matière dappropriation des outils collaboratifs à distance»

La conformité des installations électriques, et plus encore

En effet, Bureau Veritas réalise également, sur la demande de ses clients, des audits ergonomiques du poste de travail : « Nous vérifions la qualité de lassise (stabilité, réglages possibles,…), la qualité du plan de travail dédié (hauteur, stabilité,…), léclairage du poste de travail (naturel, artificiel), la qualité de la ventilationNous nous adaptons aux demandes de nos clients car certaines entreprises veulent prendre le moins de risque possible » explique Patrick Bouges.

Il est préférable d’effectuer ces diagnostics de façon préventive et régulière : « Certaines entreprises font appel à nous de manière récurrente pour garantir plus de sécurité. Cest-à-dire quils nhésitent pas à refaire contrôler les postes de télétravail tous les deux ou trois ans. Cela leur permet de prévenir les éventuels risques liés aux travaux électriques effectués dans le logement du salarié, ou encore au déménagement. »

Productivité, Efficacité, Bien-être, Adaptabilité et Rentabilité, vous l’aurez compris, le concept du télétravail a toutes les qualités requises pour être adopté par les entreprises, mais pas à n’importe quel prix.

Pensez donc à faire diagnostiquer la conformité des installations électriques des postes de télétravail de vos salariés ! 

  Ils travaillent avec Bureau Veritas :  Sanofi, Chanel, Caisse d’Epargne, Mediapost, La Poste, SCA Group, LFB, Fédération nationale de la mutualité française, SHELL, SNCF Réseau, NATIXIS, etc…

Commandez en ligne votre diagnostic de conformité sur www.pro.bureauveritas.fr

 

Télétravailleurs : ce que vous devez savoir

Vous êtes propriétaire : si le diagnostic révèle que votre installation électrique n’est pas conforme, les travaux de mise aux normes sont exclusivement à votre charge. Bureau Veritas pourra venir effectuer un e contre visite à la fin de vos travaux. Celui-ci peut être financé par votre entreprise, suivant les accords en vigueur.

Vous êtes locataire : si le diagnostic révèle que votre installation électrique n’est pas conforme, les travaux ne sont pas à votre charge mais à celle du propriétaire.