|

Aéronautique : les innovations qui bouleversent le secteur

Les grands donneurs d’ordre et leurs partenaires dévoilent leurs nouveautés au Salon du Bourget ce mois-ci


Synonymes de nouveaux enjeux pour les fabricants et les fournisseurs, les innovations et la digitalisation des données dans le secteur aéronautique seront à l’honneur lors du Salon du Bourget, du 19 au 25 juin prochain.

2000 m2 dédiés aux innovations des grandes entreprises de l’industrie aérospatiale. Le Paris Air Lab, nouvel espace imaginé pour la 52ème édition du Salon du Bourget le montre, le secteur a le regard résolument tourné vers l’avenir. Digitalisation, fabrication additive, et même taxis-hélicoptères, l’innovation est au cœur de la stratégie des fabricants. Elle est aussi synonyme de nouveaux enjeux pour eux comme pour leurs fournisseurs.

Taxis-volants et hélicoptères à la demande

Fini les navettes en bus jusqu’à l’aéroport, à l’avenir ces liaisons pourraient être effectuées par des véhicules volants. « Les acteurs de la filière travaillent aujourd’hui sur le développement de véhicules autonomes, des sortes de taxis-volants, qui pourraient venir chercher les passagers chez eux et les amener à destination », explique Grégory Duret, Aerospace Market Director chez Bureau Veritas. Airbus a dévoilé en mars dernier la Pop.Up, voiture volante pilotée automatiquement, développée en partenariat avec Italdesign. Le groupe travaille également avec le service Uber de réservation de voiture sur un projet d’hélicoptères à la demande. Les trajets effectués à bord des H125 et H130 d’Airbus Group seraient réservés via l’application de la plateforme américaine.

L’objectif ? Tester un nouveau marché pour les opérateurs d’hélicoptères et répondre à l’engorgement du trafic routier dans les mégalopoles.

Réduire l’empreinte environnementale des avions

Les industriels concentrent aussi leurs innovations sur la réduction de l’empreinte environnementale des avions. Matériaux et équipements intérieurs plus légers sont désormais utilisés en vue d’alléger le poids des avions et de réduire leur consommation de carburant. Des recherches portent aussi sur les biocarburants et même, l’utilisation de l’énergie électrique. Airbus, qui a récemment mis un terme à son projet E-fan, un avion école, tout électrique a annoncé qu’il recentrait ses recherches sur les avions hybrides.

Le big data pour gagner en temps et en sécurité

Le secteur aéronautique poursuit sa mutation numérique. Fabricants et fournisseurs travaillent aujourd’hui à imaginer de nouveaux services et fonctionnalités rendus possibles par la digitalisation des données. Les avionneurs planchent par exemple sur l’utilisation du « big data » pour réduire la durée des phases de tests. A l’avenir, l’exploitation des données pourrait aussi permettre d’anticiper les pannes et de programmer l’entretien des appareils grâce à la maintenance prédictive. « La sécurisation des données devient un enjeu central pour les fabricants, qui, comme Airbus ou Boeing vont imposer à leur fournisseurs qu’une certification soit faite, lorsque ce sont eux qui conçoivent le design de leur système d’information », souligne Grégory Duret.

Certification : Bureau Veritas accompagne les donneurs d’ordre pour démontrer l’intégrité de leurs systèmes d’information

 La norme ISO 27001 spécifie les exigences concernant un système de management de la sécurité de l’information et permet aux entreprises de démontrer qu’elles savent préserver la confidentialité, la disponibilité et l’intégrité de leur information.

S’adapter aux nouvelles règles de protection des données personnelles

Comme les autres, les entreprises du secteur aéronautique, alors qu’elles s’emparent des fonctionnalités permises par l’exploitation des données, doivent aujourd’hui se mettre en conformité avec le nouveau règlement européen sur la protection des données personnelles. Ce règlement GDPR (General Data Protection Regulation), adopté officiellement au printemps 2016,  s’appliquera en 2018 à toutes les entreprises qui collectent des données personnelles. « L’enjeu est significatif pour les entreprises car celles qui ne respecteront par le GDPR s’exposent à des sanctions pouvant aller jusqu’à 20 millions d’euros ou 4 % du chiffre d’affaires mondiales », précise Grégory Duret. Pour aider les entreprises à se conformer à leurs obligations, Bureau veritas propose une certification mondiale atour de la protection des données privées.

Encart : Les principales dispositions du règlement européen sur la protection des données personnelles :

- Obligation de consentement à la collecte des données

- Droit à l’oubli

- Privacy by design

- Nomination d’un délégué à la protection des données personnelles

- Notification de toute violation des données

Construire autrement : fabrication additive et augmentation des cadences

Au-delà des appareils et de la digitalisation, le secteur aéronautique innove aussi pour produire différemment. Déjà utilisée pour le prototypage, la fabrication additive, qui permet de fabriquer une pièce sans usinage, devrait se développer. Boeing exposera au Salon des pièces en titane imprimées en 3D qu’il va utiliser pour construire son long-courrier 787 Dreamliner. Dans ce domaine, Bureau Veritas est en mesure d’accompagner les grands donneurs d’ordre sur la certification des poudres, machines et process utilisés dans la fabrication additive.

Mais dans les usines l’heure est aussi à l’augmentation des cadences pour répondre à l’accroissement de la flotte liée à l’explosion du trafic aérien. « En 2020, Airbus annonce qu’il produira 2,5 avions par jour, ce qui suppose d’avoir une chaîne d’approvisionnement très solide. Sur ce sujet, Bureau Veritas se pose en partenaire de la supply chain et peut intervenir en soutien n’importe où dans le monde, pour s’assurer que les pièces soient livrées à temps ou et sera en mesure de développer  des plans de rattrapage spécifiques par sous-traitants », précise Grégory Duret.

 

Venez rejoindre Bureau Veritas au salon du Bourget, dès le 19 juin, sur stand Hall 2B-C93.




|