Immeuble en bois : le défi technologique qui va révolutionner l’urbanisme

La révolution de l'urbanisme par le bois

2, 3, 5, 10 étages ! Les tours en bois, véritable innovation ces dernières années, commencent à tutoyer les nuages. Pour réussir à ériger des immeubles aussi solides et fiables que ceux en béton, tout en respectant les réglementations en vigueur, les ingénieurs relèvent de véritables défis. Bureau Veritas, qui en contrôle certains, vous en raconte les coulisses.

Le changement climatique est l'une des préoccupations majeures de ce début de XXI ème siècle. Et si, pour y remédier, il suffisait de construire des bâtiments en bois ?

Le bois massif a en effet la propriété de capturer et d'emprisonner le dioxyde de carbone (CO2), principal responsable de la montée des températures. Un impact qui est resté limité jusqu'ici, car seuls les petits bâtiments, de cinq étages maximum, pouvaient être construits à partir de bois.

 

Mais, bonne nouvelle, la technologie permet aujourd'hui de construire des bâtiments plus hauts. Une tour de 14 étages entièrement en bois (y compris les structures) a été livrée en décembre 2015 à Bergen, en Norvège. En France, un immeuble de 10 étages, pour une surface totale de 21 500 mètres carrés, doit sortir de terre pour être livré en septembre 2018 dans la Cité Descartes de Champs-sur-Marne.

 

Bois ou béton : deux approches très distinctes

Arbonis, filiale de Vinci Construction France, est en train de mener les analyses techniques préalables au démarrage des travaux. Le maître d'ouvrage est assisté par les équipes de Bureau Veritas, dirigées par Thierry Lamadon, directeur technique à la direction « technique et performance construction » et Philippe Hostaléry, chef de projet « charpente métallique et bois ».

 

Le maître d'ouvrage a missionné Bureau Veritas pour l'accompagner dans ce défi technique de deux manières :

- contrôler les techniques utilisées pour la construction

- vérifier la conformité de la construction aux réglementations, et en particulier celle relative aux risques d'incendie.

 

« Ce travail préparatoire est bien plus important qu'il ne le serait pour  un immeuble en béton. Il n'y a pas de point de comparaison. Aucun avis technique relatif aux incendies, à la sécurité, à la perméance des façades n'a été écrit. Il y a tout à créer », s'enthousiasme Philippe Hostaléry.

 

Des modules fabriqués en usine

Seconde difficulté, les planchers d'un immeuble en bois ont tendance à être plus souples que pour une construction classique. « Il peut y avoir un léger effet trampoline qui n'a rien de dangereux, mais que certaines personnes peuvent trouver désagréable, poursuit Philippe Hostaléry. Il faut donc mettre en place les solutions techniques pour éviter cela. »

 

Une fois ces études préalables achevées, la construction sera très rapide. « Cela ne fonctionne pas du tout comme une construction classique. Les différents modules de l'immeuble peuvent être fabriqués en usine. Une fois transportés sur le chantier, il ne restera plus qu'à les assembler », explique Thierry Lamadon.

 

Bureau Veritas accompagne le développement de la filière  construction bois depuis ses débuts et notamment la technologie bois lamellé croisé (dite CLT) au travers de ses travaux au sein des instances de réflexions scientifiques. Depuis, les experts de Bureau Veritas ont travaillé sur une dizaine de projets de constructions en bois, dont certains sont exceptionnels :

- la Fondation Louis Vuitton signée par Frank Gehry ouverte dans le bois de Boulogne en 2014. Sur le toit de ce musée, plusieurs niveaux de terrasses se succèdent, partiellement abrités par des enchevêtrements de poutres de métal et de bois.

- le stade Allianz Riviera construit en vue de l'Euro 2016 à Nice. IL se distingue par une structure tridimensionnelle mêlant bois et métal.

- la Cité du Vin inaugurée le 1er juin à Bordeaux. L'ouvrage repose sur une structure en bois constituée de 574 arches cintrées en lamellé-collé.

Les immeubles de grande hauteur en bois, comme celui de Champs-sur-Marne, sont donc le prochain défi de Bureau Veritas