|

Au 1er juillet, des sacs « végétaux » pour remplacer nos 17 milliards de sacs plastiques

Les sacs plastiques désormais interdits


Cette fois, ça y est, les sacs en plastique vont disparaître. Leurs remplaçants, des sacs jetables à base d'amidon de maïs ou de pomme de terre, représentent une vraie alternative écologique... à condition que les matières premières soient certifiées durables !

Chaque année, 17 milliards de sacs en plastique sont encore distribués dans les commerces français. Dont 8 millions sont abandonnés dans la nature, selon le ministère de l'Environnement. Ils mettront entre un et quatre siècles pour se dégrader.

 

Mais cette pollution appartiendra bientôt au passé. Dès le 1er juillet, les sacs en plastique à usage unique (ceux très fins, jetables, d'une épaisseur de 50 microns ou moins) seront interdits aux caisses des commerces. Et le 1er janvier 2017, ils le seront aussi dans les rayons, fruits et légumes et boucherie inclus.

 

Comment les consommateurs emballeront-ils leurs achats ? Il existe des alternatives au tout plastique. Aux caisses, des sacs réutilisables, plus épais et payants, restent autorisés. Et pour les produits des rayons, il sera possible d'utiliser des sacs « biosourcés », composés pour tout ou partie de matière végétale, notamment d'amidon de pomme de terre ou de maïs.

 

« Ces sacs végétaux ont l'avantage d'être aussi souples et solides que les traditionnels sacs en plastique, mais ils sont compostables comme les produits organiques, explique Emmanuel Audoin, chef de projet innovation au sein du département agro-industrie de Bureau Veritas. Mais, comme pour les agro-carburants, qui sont également issus de plantes cultivées, ces sacs posent la question de la nature de la biomasse utilisée. Il est vital de rassurer le consommateur sur la durabilité de cette matière première : pas de déforestation, de mise en culture sur des terres à haute valeur écologique, réduction des émissions de gaz à effets de serre... »

 

La nouvelle certification ISCC Plus (International Sustainability and Carbon Certification) (1) permet de contrôler la durabilité des sacs biosourcés. Les standards ISCC, agréés par la Commission européenne, sont utilisés depuis des années pour encadrer la production d'agrocarburants. Novamont, industriel italien leader des produits biosourcés, a déjà obtenu cette certification en passant par Bureau Veritas, par exemple. De quoi rassurer les consommateurs qui utilisent ces sacs biosourcés... et donc les distributeurs qui les proposent !

(1) ou Certification internationale de durabilité du carbone

 

Le calendrier de la fin des sacs plastiques dans les commerces

1er juillet 2016 : les sacs en plastique à usage unique, gratuits ou payants, sont interdits aux caisses des commerces

1er janvier 2017 : l'interdiction est étendue aux sacs distribués en rayon. Les sacs à usage unique dits biosourcés sont autorisés en rayon, mais pas à la caisse. La teneur en matière biosourcée doit être de 30 % minimum.

1er janvier 2018 : La teneur minimum en matière biosourcée passe à 40 %

1er janvier 2020 : La teneur minimum en matière biosourcée passe à 50 %

1er janvier 2025 : La teneur minimum en matière biosourcée passe à 60 %




|