|

Crèches et écoles : la qualité de l’air intérieur doit être mesurée dès maintenant


Les recommandations de Michel Touron, Chef de projet Qualité de l’Air Intérieur chez Bureau Veritas.

Pourquoi faut-il surveiller la qualité de l’air intérieur ?
Michel Touron :
Nous passons plus de 70% de notre temps à l’intérieur de bâtiments, qu’il s’agisse de notre logement, de notre bureau ou encore de nos commerces. La qualité de l’air que nous respirons est donc essentielle pour notre santé et notre bien-être. Or les sources de pollution de l’air intérieur sont nombreuses. En effet, certains éléments peuvent émettre des substances dangereuses : matériaux de construction, meubles, produits d’entretien, peintures, usage des locaux par les occupants… C’est pourquoi la loi Grenelle 2 a rendu obligatoire la surveillance périodique de la qualité de l’air intérieur dans certains Etablissement Recevant du Public (ERP).

Qu’en est-il pour les établissements recevant des enfants de moins de 6 ans ?
M. T. :
Ils sont les premiers à devoir agir car les enfants sont plus sensibles aux effets de la pollution de l’air que les adultes. Cela concerne 30 000 établissements (crèches et les écoles maternelles) en France. Ils doivent réaliser la surveillance de la qualité de l’air intérieur avant le 1er janvier 2015.

Quels contrôles doivent être effectués ?
M. T. :
La surveillance de la QAI comporte 2 volets :
– l’évaluation des moyens d’aération
– la campagne de mesures de polluants (formaldéhyde, benzène, CO2)

Quels conseils donnez-vous aux crèches et aux écoles ?
M. T. :
Pour respecter l’échéance réglementaire du 1er janvier 2015, elles doivent dès aujourd’hui lancer leur campagne de prélèvements et mesures de polluants d’hiver qui doit être réalisée en période de chauffage. Une seconde campagne devra être effectuée durant l’été. Bureau Veritas peut accompagner les exploitants d’ERP pour répondre à cette nouvelle exigence réglementaire. Nous disposons en effet d’un réseau de 11 unités techniques accréditées* qui permettent de couvrir la France entière.

Pour quelles raisons le ministère de l’Ecologie a-t-il lancé en juillet dernier une consultation publique sur plusieurs projets de textes relatifs à la qualité de l’air intérieur ?
M. T. :
L’objectif était de simplifier le dispositif de surveillance actuel. Certains points dans la réglementation étaient en effet jugés trop complexes et pas toujours pertinents. Ainsi, pour le volet d’évaluation des moyens d’aération, le ministère a proposé de limiter l’exigence d’accréditation aux organismes intervenants dans les ERP disposant d’un système de ventilation mécanique. De plus, l’examen visuel va être remplacé par une mesure du débit. Un autre projet concerne les établissements situés dans un bâtiment contigu à une installation de nettoyage à sec utilisant du perchloroéthylène. Les ERP concernés devront mesurer ce polluant lors du volet campagne de mesures. Par ailleurs, les résultats des campagnes de mesures de polluants doivent être affichés dans les établissements.

Quels sont les résultats de ces consultations ?
M. T. :
Les projets de textes ne sont pas encore publiés. A ce jour, la réglementation reste incomplète et donc non réalisable sous accréditation pour le volet d’évaluation des moyens d’aération.

*suivant la norme NF EN ISO/CEI 17025

 

Le 2 décembre 2013, ne manquez pas notre eRendez-vous dédié à la qualité de l’air intérieur

  • Qualité de l’air : de quoi parle t-on ?
  • Quels sont les sources et les différents polluants ?
  • Comment mesurer la qualité de l’air intérieur ?
  • Zoom sur la réglementation ERP accueillant des enfants
  • Pour participer, cliquer ici.

 

Bureau Veritas vous accompagne

 

Nos prestations complémentaires

  • Mesure des émission COV des matériaux, cliquer ici
  • Risque amiante : diagnostics amiante des bâtiments, mesures d’empoussièrement en fibres d’amiante dans l’air (Cofrac), cliquer ici
  • Mesure de polluants dans l’air des lieux de travail (Cofrac)



|
SUR LE MÊME SUJET