|

Comment optimiser les formations QHSE grâce à la « courbe de l’oubli »

Des rappels envoyés à des moments clés facilitent la mémorisation


Simple et efficace, cette technique mise au point en 1885 pourrait révolutionner la formation professionnelle.

 

Le nom d’Hermann Ebbinghaus ne vous dit sans doute pas grande chose. Ce psychologue allemand a tenté de déchiffrer les mécanismes de la mémoire. De ses travaux, est née une théorie sur le déclin des connaissances dans le temps appelée « courbe de l’oubli ». Le principe de ce concept né en 1885 : une information mémorisée à un instant T s’estompe peu à peu de notre mémoire… jusqu’à complètement disparaître.

Mais le chercheur a élaboré une méthode pour que nous retenions une information quasiment parfaitement. Pour ce faire, il faut la « réapprendre » à des moments bien précis : 10 minutes, 1 jour, 1 semaine, 1 mois, 6 mois… après l’apprentissage initial.

courbe de l'oubli d’Hermann Ebbinghaus
Courbe de l'oubli d’Hermann Ebbinghaus

 

Les salariés oublient les compétences

Ce travail de recherche, oublié du grand public pendant plus d’un siècle, peut s’avérer très utile dans le cadre de la formation professionnelle. « Les salariés ont tendance à oublier les compétences qu’ils ont acquises durant les sessions, ce qui est dommage compte tenu des sommes investies par les directions générales dans la formations des collaborateurs », remarque Frédéric Caillaud,  directeur métier conseil et formation HSE chez Bureau Veritas.

Pendant des décennies, le problème est resté sans solution. En effet, financer plusieurs « rappels » 1 semaine, 1 mois et 6 mois après la formation initiale aurait été inenvisageable, autant pour des raisons économiques qu’organisationnelles.

 

 

Répéter les messages clés

« Mais les technologies numériques et le e-learning ont changé la donne, poursuit Frédéric Caillaud. Désormais, nous avons la possibilité d’envoyer des « rappels » très facilement et sans déranger le salarié durant son travail, par exemple sur sa boîte email. » Ainsi, les contenus de ces formations « bis » sont très courts, sur le modèle du « micro-learning ». En 5 minutes maximum, le salarié peut lire, visionner ou écouter les messages importants de sa formation.

Ces messages sont envoyés à des moments clés durant l’année qui suit la formation. « Dans l’esprit du travail d’Hermann Ebbinghaus, nous déterminons avec le client quelles sont les dates les plus adéquates pour envoyer les rappels », précise Frédéric Caillaud.

La méthode est particulièrement adaptée aux formations « Qualité hygiène sécurité environnement » (QHSE). En effet, les enjeux sont considérables pour les stagiaires. Mais ces derniers doivent mémoriser une grande quantité d’informations en peu de temps. Un apprentissage étalé dans le temps leur serait donc très profitable.

 

« Les salariés ont tendance à oublier les compétences qu’ils ont acquises durant les sessions, ce qui est dommage compte tenu des sommes investies par les directions générales dans leurs formations »

Frédéric Caillaud,  directeur métier HSE chez Bureau Veritas.




|