|

Améliorer votre sécurité au travail : mode d’emploi


Comment la sécurité au travail a-t-elle évolué au cours des dernières années ?

Frédéric Caillaud : En France en 2012, l’indice de fréquence des accidents de travail (IF)1 était de 352, tous secteurs d’activité confondus. Il a nettement baissé au fil du temps. Ainsi, dans les années 50, il approchait 120 et était encore de 47 il y a 20 ans. Cependant on observe une certaine stagnation de cet indicateur au cours des dernières années. Ce dernier est évidemment d’autant plus élevé qu’il n’existe pas de règlement spécifique, de contrôle ou d’incitation de la part du management.

Quelle est donc la démarche à mener pour limiter les accidents du travail ?

F. C. : Il est indispensable de sensibiliser les managers pour qu’ils se sentent concernés par la sécurité de leurs équipes. La « fameuse » courbe de Bradley montre l’évolution de la relation de cause à effet entre l’implication des salariés et l’accidentologie. Au premier stade, le salarié se préoccupe de sa sécurité uniquement par instinct. Puis il le fait par obéissance à des règles imposées par sa hiérarchie : c’est la phase de dépendance. Ensuite, il intègre l’importance de ces enjeux en tant qu’individu : c’est la phase d’indépendance. Enfin, le salarié réalise que la sécurité est une affaire d’équipe : c’est la phase d’interdépendance. Au fur et à mesure de ces phases, le risque d’accident diminue et la culture de la sécurité dans l’entreprise augmente.

Où en est la culture de la sécurité dans les grands groupes internationaux ?

F. C. : Ils ont pour la plupart engagé des démarches depuis plusieurs années et ont de très bonnes performances. Alors que le taux de fréquence (TF)3 en France est actuellement de 23 tous secteurs d’activités confondus, les grands groupes sont nombreux à disposer d’un TF inférieur à 5, voire à 1 pour les plus avancés d’entre eux .

Quels sont les besoins de ces grands groupes pour améliorer leurs performances en matière de sécurité ?

F. C. : Ils portent sur différents points spécifiques : la formation et la sensibilisation des managers (car ils changent régulièrement), la maîtrise des sous-traitants ou encore les actions de réduction des accidents mortels. Les grands groupes ont cru que la baisse de leur TF engendrerait automatiquement une réduction du nombre d’accidents mortels, mais en réalité, c’est loin d’être toujours le cas. Après avoir beaucoup travaillé sur le fonctionnement des organisations et le comportement des individus, certains grands groupes reviennent sur des  dimensions techniques (par exemple : maîtrise des opérations de consignation/déconsignation). Autre besoin des grands groupes : l’audit des sites internationaux pour réaliser des benchmarks et identifier les bonnes pratiques des uns et des autres.

Et quels sont les besoins des autres entreprises?

F. C. : Certaines d’entre elles n’ont pas réellement mené de démarches élaborées en matière de sécurité. Leur TF est le plus souvent supérieur à 10. Elles ont besoin de s’engager dans la mise en place d’une démarche globale comprenant des diagnostics d’état des lieux, la définition d’une politique sécurité, la formation et la sensibilisation des managers, des formations spécifiques de leurs salariés aux risques auxquels ils sont le plus exposés… D’autres ont besoin de se focaliser sur une partie de ce programme complet, le plus souvent la formation/sensibilisation des managers.

Comment Bureau Veritas répond aux besoins de toutes ces entreprises ?

F. C. : Bureau Veritas a développé une démarche complète baptisée PAPS (Plan d’Amélioration des Performances de Sécurité) pour accompagner les entreprises quels que soient leur taille et leur maturité en matière de sécurité.
Notre programme PAPS s’adresse à toute entreprise qui souhaite :

– Améliorer ses résultats sécurité, notamment en baissant le TF et/ou en réduisant le nombre d’accidents mortels
– Autonomiser et responsabiliser ses managers en matière de santé/sécurité
– Changer le comportement sécurité de ses salariés
– Mieux maîtriser la sécurité des entreprises extérieures
– Faire de la sécurité un objectif mobilisateur

Concrètement, quelles sont les différents services de ce programme PAPS ?

F. C. : Selon les besoins de l’entreprise, nous proposons un accompagnement complet de la démarche santé/sécurité. Nous accompagnons également la mise en place de systèmes de management de la sécurité ou de démarches comportementales. Nous réalisons aussi des audits de maturité HSCT (Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail), ainsi que des sensibilisations ou formations des managers et des responsables HSE (Hygiène, Sécurité, Environnement).

 

1 : Indice de fréquence des accidents du travail (IF) = (nombre des accidents avec arrêt/effectif salarié) x 1 000

2 : source : INRS

3 : Taux de fréquence des accidents du travail (TF) = (nombre des accidents avec arrêt/heures travaillées) x 1 000 000

 

Evolution de l’Indice de Fréquence des accidents du travail en France de 1955 à 2008

 

 

 

 

 

 

Améliorez votre sécurité au travail avec Bureau Veritas

  • Profitez de la démarche PAPS développée par Bureau Veritas et améliorez votre sécurité en, cliquant ici.
  • Pour nous contacter, cliquer ici.

 




|
SUR LE MÊME SUJET